Ludoville

Titre du jeu Ludoville
Créateur Textes et Documents pour la Classe n°774 sur « les métamorphoses de la ville »
Niveau de classe concerné 6° mais aussi 4° voire 3°
Description rapide du jeu Il faut créer la ville la plus étendue possible en posant logiquement des plaques représentant des quartiers sur un site vierge.
Insertion dans le programme géographie : les paysages des métropoles européennes
Durée une partie : environ 15 minutes
Mode d’organisation (individuel, par équipe…) et nombre maximum et minimum de joueurs Un mode parmi d’autres : 4 élèves par jeu. Les élèves peuvent soit jouer en compétition interne (celui qui a placé le moins de plaques a perdu), soit jouer en compétition entre équipes (les membres s’aident dans l’équipe pour placer le maximum de pions).
Matériel – un plateau de jeu (environ A3)
– une règle de jeu pour rappeler les règles de pose et permettre l’autonomie de chaque équipe
– 68 plaques représentant chacune un quartier d’une ville européenne classique (vieille ville, quartier 19°s, gare, grands ensembles, zone industrielle, zone commerciale …) 
Déroulement Le plateau représente un site ordinaire (un peu de relief, beaucoup de plaine, une portion littorale, un cours d’eau) divisé en carrés.
Toutes les plaques représentant des quartiers (vieille ville, gare, quartier 19°s, pavillons, grands ensembles …) sont retournées face cachées.
Chaque joueur pioche une plaque et essaie de la poser sur le plateau en respectant les règles de pose (exemples : le quartier 19°s ne peut être posé qu’à côté de la vieille ville ou à côté d’une autre quartier 19°s; l’aéroport ne peut être posé que si la ville comprend déjà au moins 20 plaques et il doit être au moins à 1 case de tout quartier d’habitation etc)
Commentaires Ce jeu est formidable ! Les parties sont rapides et les équipes ont souvent le temps d’améliorer leur score.
Mais quelles que soient les parties, le grand intérêt du jeu est de dégager des invariants des villes européennes comme un centre ancien, les grands ensembles en banlieue, l’extension en tâche d’huile … 
Il est par exemple possible que, une fois le jeu fini, chaque équipe fasse un calque de la ville obtenue. Ces calques peuvent être comparés pour dégager ces invariants, pour les vérifier ou les nuancer sur des exemples de vraies villes ensuite.
C’est presque du Sim City, mais en carton.
Les mécanismes sont tellement simples que ce jeu est adaptable à d’autres situations (la ville nord-américaine, la ville africaine …) y compris en histoire (la ville romaine, la cité grecque …).
Il est même possible de faire rédiger les règles de pose aux élèves sur ces autres exemples après avoir étudié quelques villes.

3 thoughts on “Ludoville

    1. En effet le lien n’est plus valable et le n°774 impossible à trouver sur le site de TDC (enfin, en tous cas je ne l’ai pas trouvé !). Je n’ai pas le noms des auteurs du jeu mais l’article le présentant dans TDC est signé L. Joffredo et B. Ponsonnet. Pour le retrouver il faudra fouiller dans les réserves des CDI. Avis aux archéologues de la pédagogie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *