Le changement par l'ergonomie scolaire (NZ, épisode 8)

espace « drama » au Collège Papamoa de Tauranga (NZ)

Le concept de classe n’est pas réinterrogé en France globalement[1] ;  dans les cahiers des charges des collectivités territoriales aux cabinets d’architectes, dans toute la période la massification scolaire (un collège surgissait par jour disait-on), comme dans la période plus ancienne à la Jules Ferry, les modèles étaient en cour et de court, souvent d’ailleurs très courts aussi. Formés à l’aune de l’autorité professorale et de la parole descendante, ex cathedra.

Précautions méthodologiques.  et une vidéo pour commencer

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent.

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.

Le problème de l’espace n’est pas un problème, si les valeurs s’imposent

Le modèle néo-zéd désormais bien ancré sur le « learning » et l’effective pedagogy, nous l’avons vu dans les articles précédents, n’hésite pas à « pousser les murs », d’autant plus facilement que l’espace et la place, dans les petites villes ou en milieu semi-ouvert, voire campagnard, n’est pas un problème, malgré les « interdits » religieux mis sur certains espaces maoris.

Mon trop court voyage  dans l’Ile du Nord ne m’a permis de visiter que quelques établissements. J’en retiendrais pour l’heure deux, de type comme de génération différents.

L’établissement-campus du Collège Saint-Peter à Cambridge

St Peters est un établissement privé « upper class » dans l’Ile du Nord, lôti dans un paysage à la normande (des haras et des vaches).  L’ensemble est une petite Cité composée de pavillons spécialisés, un peu à la manière de l’Abbaye idéal de Saint-Gall à l’époque de Charlemagne, à la fois voué à un champ d’activité et de savoirs, mais interrelié par un réseau de chemins.

Le plan de masse montre l’importance de l’espace comme donnée de l’Education ; tout est ample et distribué ; les internats sont logés de part et d’autre, en ayant soin d’avoir mis les garçons le plus loin possible des filles (la mixité est une vraie « innovation » ici dans ce type d’établissement).

On remarquera aussi la part prépondérante des espaces sportifs en tout genre, rugby bien sûr, mais foot, tennis, piscine et écurie (si !). ; les espaces paysagers et d’agrément participent de la valeur même de l’établissement (on y trouve même un jet qui s’irise aux rayons du matin).

Ci-dessous la vue depuis l’internat des filles au petit matin gelé (hiver austral).

 

Les espaces plus scolaires sont d’immenses bâtiments, en môles disciplinaires, chacun étant doté de salles en réseau, de wifi et commandés entièrement par domotique (même le chauffage et l’éclairage). L’organisation interne des classes reste assez classique, si ce n’est que l’ensemble s’avère très mobile, les bureaux des profs ne sont pas frontaux, mais latéraux ; ce sont surtout les murs qui s’avèrent étonnants par exemple, dans l’internat, en salle de repos :

Le concept de « vie scolaire » est envahissant et cela a du sens ; il reste un facteur déterminant de la qualité des apprentissages et de la réussite des élèves (cf. l’article sur l’effective pedagogy).

 

Le tout nouveau collège Papamoa, à Tauranga

En France, on dirait une école « innovante »: groupe non plus d’âge, mais de compétences, mélant primaire et secondaire (entre 7 et 13 ans), espaces dédiés, équipements, au développement personnel des élèves, professionnel des enseignants, (voir les photos) , c’est en NZ, à

Papamoa College – Inspired Learning. Exciting Futures. www.papamoacollege.school.nz

La visite des extérieurs est sur la page http://www.papamoacollege.school.nz/our_environment ; leur communication est actuellement esssentiellement  fondée sur cette proximité immédiate sur l’océan atlantique et dans la zone préservée de toute autre urbanisation de Tauranga (du fait de l’interdit des propriétés maories) ; c’est un bâtiment qui tient à la fois de Le Corbusier pour le plan d’ensemble et de Mondrian pour le choix esthétique.

Si les salles semblent être dédiées à des champs disciplinaires, ou plutôt des domaines d’activité ; leur aménagement intérieur se décale fondamentalement de ce qu’on appelle traditionnellement une classe « à la française ».

Des stands de travail, des petits groupes, pas de mobilier à proprement « scolaire », si ce n’est un tableau véléda (et non un TBI !), de la mobilité dans le… mobilier et de la couleur.

Tout plaide ici pour un « learning » omni présent et une ambiance créative et coopérative. L’avenir nous dira ce qu’il en est.  Ces architectures restent encore des défis pour les pratiques enseignantes et l’organisation des parcours scolaires (cf. l’aventure des « aires ouvertes » en France).

 


[1] En France effectivement, quelques monographies et études sur le sujet, mais aussi en Suisse http://www.irdp.ch/recherche/breche/architecture_scolaire.pdf, ou encore en Allemagne http://www.inrp.fr/publications/edition-electronique/histoire-education/RH102.pdf  voir lEssai d’historiographie internationale sous la direction d’Anne-Marie CHÂTELET et Marc LE CŒUR, 2004 ; plus récent, M.Mazalto, Architecture scolaire et réussite éducative, Fabert, 2007., jusqu’à l’appel de Philippe MEIRIEU, http://www.meirieu.com/MANIFESTESETPROPOSITIONS/college3ememill.pdf

Le développement professionnel d'un coté, mais l'innovation est TICE (NZ, épisode 7)

Précautions méthodologiques.  et une vidéo pour commencer

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent.

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.

L’innovation ici, l’accompagnement du changement là-bas, le dispositif CORE

En Nouvelle Zélande, une agence, CORE ED, s’occupe de l’innovation et de la prospective en éducation, et contractée par le Ministère de l’Education. promeut un « développement professionnel »; http://www.core-ed.org/; parallèlement, un autre organisme public, ERO, a en charge l’évaluation globale des établissements à partir de l’analyse partagée des acquis des élèves et du fonctionnement de l’équipe, direction comprise.

« CORE Education est une organisation sans but lucratif qui travaille avec les administrations et les éducateurs, en leur fournissant des recherches efficaces, des consultations, un développement professionnel, une direction en ligne et des événements relatifs à l’éducation. »

Chaque année, CORE Education présente les « trends », c’est-à-dire les tendances[1].  En 2011, dix tendances sont identifiées, chacune illustrée avec trois exemples qui attestent que la tendance est ou peut influer sur l’éducation.

 

10 tendances en éducation par CORE. , http://www.core-ed.org/lab/ten-trends-2011

1-      Un Web sympa

A la mesure de la croissance et du développement du web, on observe une sophistication croissante dans les termes employés dans les applications et dans les items du niveau d’intelligence qui existe dans le web lui-même.  On constate une tendance croissante dans davantage d’applications et de services qui sont capables d’initiative sans intervention humaine, à l’aide de décisions prises sur la base de modèles d’usages etc…Read more…

2-      L’accès à l’informatique partout

Parmi les utilisateurs de tous les âges il y a un changement clair vers l’usage informatique’ n’importe où, n’importe quand avec n’importe quel dispositif ‘ – où l’accès n’est pas limité à un temps particulier et à un endroit et pas dépendant d’un dispositif particulier. Il y a trois facteurs clés: Read more…

3-      Personnalisation

On observe une prise de conscience croissante qui applique le « prêt-à –porter » au savoir scolaire et l’organisation est inadaptée pour répondre tant aux besoins des individus qu’à la société de la connaissance en général.  Au-delà l’uniformité et de la production de masse, le mouvement peut être décrit comme la « personnalisation » de l’éducation  et des services publics plus largement. Les technologies numériques jouent un rôle central dans cette évolution. Read more…

4-      Données

Nous sommes témoin ‘d’une explosion’ sans précédent de données dans le monde, accumulant dans des bases de données électroniques partout.  Leur utilité, mais aussi nos propres capacité de stocker, de gérer et d’en donner du sens sont de véritables défis.

Cela pose des défis de son utilité et comment nous pouvons stocker, gérer et en tirer la signification. Read more…

5-      Citoyenneté

La citoyenneté est un concept en évolution constante. C’est l’état d’être un citoyen d’une communauté sociale, politique, nationale ou encore d’une ressource humaine. De la même manière que ces contextes changent, de même le concept d’appartenance évolue avec eux. La citoyenneté implique de comprendre les règles et les limites existantes, mais elle implique aussi des droits comme des responsabilités. Comme notre monde s’élargit pour inclure la dimension virtuelle, il en va ainsi en ce qui concerne la citoyenneté….Read more…

6-      L’usage numérique du « nuage » (cloud)

« Le Nuage » grandit significativement sur tout le monde des tice. Le nuage numérique se réfère au stockage et au  traitement dans un environnement en réseau au lieu de compter sur les limites d’un ordinateur individuel. Dans « le nuage » le stockage et des ressources de traitement sont alloués « instantanément » selon les besoins spécifiques  des utilisateurs. Read more…

7-      Apprentissage virtuel (learning)

L’apprentissage virtuel englobe la gamme des activités de l’enseignement et de l’apprentissage présents dans un environnement en ligne, en combinant des technologies synchrones et asynchrones. C’est une manière efficace de permettre l’accès à des personnes qui ne pourraient y prendre part autrement. Des services d’apprentissage virtuel se diffusent au niveau international, avec le développement d’écoles virtuelles dans beaucoup de pays. Read more…

8-  Nouvelles modalités d’engagement avec l’information

Les technologies numériques multiplient les occasions et les voies que nous pouvons emprunter avec des informations. Les informations, historiquement limitées  par l’impression en 2D et-ou des communications orales/auditives, sont  maintenant accessibles dans une gamme de voies nouvelles et passionnantes. De plus, où l’engagement a eu tendance à être passif, c’est maintenant une expérience active. Read more…

9- Ouverture

Le mouvement vers la franchise est une réaction contre les nombreuses caractéristiques ‘fermées’ de notre système  d’éducation actuel – tels que des plans d’inscription, le droit d’auteur(le copyright), des rapports( d’étudiant etc. Ce qu’a été précédemment considéré comme des barrières à la croissance, l’accès ou l’innovation dans notre système, est maintenant défié ou circonvenu à l’aide des systèmes qui sont plus ouverts et participatifs, Read more…

10- Des écoles en réseau

A l’ère du réseau, , nos institutions d’enseignement doivent changer de paradigme existant de fonctionnement en l’isolement relatif (même en concurrence) pour  être plus collaboratives en se positionnant comme un noeud sur le réseau d’éducation. Le modèle émergeant est fondé sur l’École en réseau.

Note : Un débat sur l’utilisation des Tablettes numériques en classe

http://groups.google.com/group/mle-reference-group/browse_thread/thread/f9ea805e74cd0ac7?pli=1

Les tendances observées sont très « tice » ; manifestement, l’innovation en Nouvelle-Zélande, quand elle est identifiée, est dédiée à l’analyse des impacts des tice sur les pratiques et l’organisation. En cela, la réflexion en France se décale légèrement, dans la mesure où nous promouvons une approche plus systémique, en appui à l’analyse des organisations (learning organiszation). Serait-ce parce que le « learning » dans toutes ses formes et pour tous les publics (élèves, professeurs, direction, évaluateurs) en NZ est déjà inscrit dans les principes comme dans les fonctionnements ?

 

Vous aimiez TED.COM et la scénarisation de performances expertes ? Vous aimerez aussi http://edtalks.org/ une version néo-zélandaise sur l’éducation et l’innovation. Par exemple, sur le « virtual learning »:


[1] Sans les connaitre encore, nous avions produits des documents similaires depuis quelques années dans le cadre de nos fonctions de CARDIE (presque…. CORE) dans l’académie de Paris, par exemple, les dix tendances de l’expérimentation : 10 tendances observées en expérimentation

Vous pouvez « feuilleter » en ligne directement ce livret à partir de cette page ou le consulter en suivant les liens ci-dessous.

Variété requise des contenus

1- De l’innovation à l’expérimentation

2- D’une démarche militante à une logique professionnalisante

3- Du cercle des « initiés » aux réseaux des  « découvreurs »

4- Du projet pédagogique classique aux problématiques sociétales

Complexification progressive des organisations

5- Du cloisonnement à la souplesse

6 – Du métier prescrit au développement professionnel

7- De la gestion de classe à la recherche de l’efficacité scolaire

Changement lent des pratiques institutionnelles

8- De l’analyse des méthodes à l’appréciation de la « performance »

9- Du pilotage commandé à l’accompagnement concerté

10- D’une logique de « transfert » à l’élaboration de compétences collectives

 

In Trend 7 of CORE Education’s Ten Trends, Derek Wenmoth, Director of e-Learning explores the ways that virtual learning can enhance students’ learning as well as teachers’ professional development. Speaker Derek Wenmoth

La "pédagogie efficace", c'est d'abord un développement professionnel, accompagné (NZ, épisode 6)

 

Nous avions déjà fréquenté Brian Annan,  alors qu’il était encore  Responsable du projet « school improvement » au ministère néo-zélandais de l’éducation. Les stratégies de school improvement en Nouvelle-Zélande., lors d’un colloque international à Lyon organisé par l’INRP en 2009[1].

Précautions méthodologiques.  et une vidéo pour commencer

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent.

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.

  • L’évaluation comme enquête sur ses pratiques : le dispositif ERO
  • Le changement local et le réseau des enseignants, l’organisation du travail d’équipe dans l’établissement
  • Le changement par l’ergonomie scolaire.
  • Le processus de développement professionnel et l’enquête sur les pratiques, l’université d’Auckland
  • L’innovation ici, l’accompagnement du changement là-bas, le dispositif CORE

Le processus de développement professionnel et l’enquête sur les pratiques, l’université d’Auckland

Depuis 2011, Brian Annan[2] est « Director Business Development » à la Faculté d’Education d’Auckland ; terme étonnant qui correspond en gros à un chef de projet de développement de l’activité de recherche de la faculté, en lien avec les écoles et le ministère de l’Education.

« Marcher sur l’eau quand on n’est pas Dieu »

Il s’agit de répondre à une question-clé (qui apparait régulièrement dans les documents) : Quelle sorte d’apprentissage et de développement professionnel des enseignants possède un impact positif sur l’engagement des élèves, leurs apprentissages    et leur bien-être ?

L’expression toute imaginée et étonnante de Brian entend mesurer le défi (de l’impossible ?) qu’il se donne ou qu’on lui fixe : construire les interfaces suffisamment efficaces et durables entre la Faculté d’Education d’Auckland (composée de quatre instances, dont le Leadership et la Literacy pour ce qui nous intéresse directement) et les personnels relevant du ministère de l’Education (nationale), impliqués dans l’accompagnement des enseignants : ce sont les 120 « Team solutions » , en fait des conseillers pédagogiques et des « leaders » (terme ici consacré) intervenant dans les enseignements disciplinaires, auprès des équipes d’écoles et d’établissements.

Le « développement professionnel » passe d’abord par un investissement massif dans la formation de formateurs.

Le dispositif de recherche et de développement se déroule sur un programme triennal, contractualisé entre l’université, le MEN et les équipes : on parle alors de « contrat de recherche et de développement professionnel », le programme précédent portant sur la literacy, effectué avec Helen Timperley emportait une quarantaine d’établissements ; le programme actuel portant sur leadership emporte 110 écoles. Un deuxième programme est en cours et qui focalise l’attention de Brian Annan s’intitule les « learning conversations ». Il s’agit de conduire une recherche-action avec des enseignants et leurs  leaders sur l’effecitivité des actes d’apprentissages par un dispositif d’analyse de pratiques et d’entretien d’explicitation (dont la référence en France serait de type de P. Vermesch).

La première année, après une phase d’information sur les objectifs et les démarches de la recherche faite auprès des chefs d’établissement et des « professional development providers » (c’est-à-dire les prescripteurs et les acteurs du PD ou de la formation des enseignants, soit externes à l’établissement, soit interne), des enquêtes et entretiens sont diligentés sur le terrain ; un rapport d’enquête est publié, accompagné de propositions, restituées aux équipes. En découle un plan de développement professionnel.

La deuxième année, le programme commence (sous l’égide d’Helen Timperley) ; dans 110 établissements, désignés sur la base d’une analyse des besoins, des groupes d’analyse de la pratique se mettent en place, mettant en œuvre une grille d’analyse des « conversations » : à partir du discours de l’acteur sur la pratique (learning conversation), le groupe discrimine progressivement :

–          Educational talks :tout ce qui a rapport avec les résultats constatés

–          Critical talks :tout ce qui a rapport avec l’analyse et les enjeux de la pratique

–          Challenging talks : tout ce qui a rapport avec des changements pour améliorer la pratique : l’attention est portée sur les attentes positives explicites et les dimensions cachées implicites.

Ces groupes d’analyse fournissent des rapports d’étape qui ont pour objectif d’infléchir peu ou prou le curriculum de l’établissement (cf. ERO). Ils permettent aussi d’ajuster la méthodologie et les outils.

La troisième année, le travail continue ; un rapport de recherche est produit à partir des écrits des élèves, des enseignants, des chefs d’établissements et des « providers » du PD.

 

Modélisation du dispositif de « développement professionnel »

Les résultats de la recherche conduite conjointement avec Brian Annan sur le « school improvment » et Helen Timperley (Université d’Auckland) sur la literacy auprès de 400 équipes ont été publiées ; certaines conclusions ont été tirées que nous pouvons ici reprendre avec l’aide de Romuald Normand, IFE Lyon .

La recherche internationale a confirmé l’importance des pratiques d’enseignement sur les acquis des élèves, à côté d’autres facteurs plus contextuels ou sociaux, c’est rassurant d’une certaine manière ; mais cela pose la question alors de l’efficacité de leur propre formation.

En la matière, il a été également montré qu’il fallait s’affronter à deux fausses évidences : d’une part, penser que les enseignants disposent des ressources nécessaires pour s’auto-réguler comme de bons professionnels ; d’autre part, qu’il suffisait de s’en remettre à des experts donnant les bonnes recettes pour ce que cela fonctionne. La convergence de plusieurs méta-analyses montrent que ces deux propositions peuvent être amendées : les résultats seront nettement améliorés d’une part les enseignants se mettent en situation d’être les enquêteurs de leurs propres pratiques, d’autre part s’ils s’appuient sur des savoirs non seulement disciplinaires mais aussi pédagogiques.

Le dispositif de « développement professionnel » n’est pas nouveau en lui-même, mais en combinant plusieurs éléments, il agit en système plus cohérent et plus efficace :

–          Un centrage sur un contenu spécifique

–          Des pratiques collectives partagées pour des enseignants similaires

–          Des analyses de situations, des évaluations, des observations

–          Des connaissances issues et traduites de la recherche

–          Des combinaisons de modalités de formation

–          Un processus de formation continuée

10 principes ayant fait leur preuve dans la recherche pour un développement professionnel efficace des enseignants

1.      Se centrer sur les résultats évalués des élèves

Des expériences d’apprentissage professionnel se centrant sur le lien entre certaines situations d’enseignement et les résultats évalués des élèves sont associées à des impacts positifs en termes de résultats.

2.      Des contenus intéressants

Les connaissances et les compétences à développer sont celles qui ont été considérées mme efficaces dans les résultats évalués des élèves .

3.      L’intégration des connaissances et des compétences

L’intégration des connaissances et des compétences essentiels à l’enseignant facilite un apprentissage approfondi et un changement dans les pratiques pédagogiques.

4.      L’évaluation comme enquête professionnelle

L’information sur ce que les élèves ont besoin de savoir et de faire est utilisée pour identifier ce que les enseignants ont besoin de savoir et de faire.

5.      Des multiples occasions d’apprendre et de mettre en œuvre l’information

Pour opérer des changements significatifs dans leurs pratiques, les enseignants ont besoin de multiples occasions d’apprendre une nouvelle information et comprendre ses implications pour la pratique. De plus, ils doivent rencontrer d’autres opportunités dans des environnements qui offrent à la  fois de la confiance et des défis à relever.

6.      Des approches réactives aux processus d’apprentissage

La promotion de l’apprentissage professionnel nécessite différentes approches selon que les idées sont en accord ou non avec les conceptions des enseignants sur les élèves et la meilleure façon d’enseigner.

7.      Des occasions d’apprendre avec d’autres

Des interactions collégiales centrées sur les résultats des élèves peuvent aider les enseignants à intégrer de nouveaux apprentissages dans leur pratique.

8.      Une expertise bien fournie

Une expertise externe au groupe des enseignants participants est nécessaire pour remettre en cause les conceptions existantes et développer le genre de connaissances et les compétences associés à des résultats positifs des élèves.

9.      Un leadership actif

Des leaders éducatifs conçus comme un facteur clé du développement des attentes pour améliorer les résultats des élèves et assurant l’organisation et la promotion d’un engagement dans le cadre de situations d’apprentissage professionnel.

10.  Maintenir la dynamique

Une amélioration soutenue des résultats des élèves nécessite que les enseignants disposent d’une connaissance théorique solide, de compétences à l’enquête fondée sur des preuves, et de conditions facilitées en termes d’organisation.

Source : Timperley, H. (2008) Teacher Professional Learning and Development. International Academy of Education. International Bureau of Education. Paris: UNESCO

« Les formateurs doivent reconnaître la complexité des pratiques professionnelles et apporter de la valeur ajoutée en accompagnant les enseignants dans la satisfaction des besoins d’un public hétérogène, notamment les élèves dont les résultats sont inférieurs à ceux des autres. Il est indispensable d’englober les pratiques des enseignants plutôt que de les contourner et d’apporter des visions et pratiques alternatives par des exemples. Les enseignants ont besoin d’une offre de contenus pédagogiques pertinents et d’un enrichissement de leurs connaissances sur l’évaluation par un mélange de théorie et de pratique. Enlevez n’importe lequel de ces éléments et l’impact a toutes les chances de diminuer.

Une enquête systématique éclairée par des sources fiables est au cœur de tout processus de formation professionnelle continue. Si les enseignants refusent de s’engager dans ce processus, ils n’ont guère d’informations sur ce qu’ils doivent apprendre et faire pour améliorer les résultats des élèves ; ils ne savent pas non plus si les changements qu’ils opèrent ont l’effet désiré.

Le préalable à la réussite de ce processus est que les enseignants soient convaincus que leur propre formation relève de leur responsabilité professionnelle, y compris le souci de vérifier l’efficacité de leurs pratiques sur les résultats des élèves. Ainsi, des cycles renouvelés d’enquête, de renforcement des capacités et d’amélioration deviennent partie intégrante des pratiques quotidiennes. «

Timperley, H., Wilson, A., Barrar, H., & Fung, I. (forthcoming). Teacher professional learning and development: Best evidence synthesis iteration. Wellington: Ministry of Education www.minedu.govt.nz/goto/bestevidencesynthesis

 

 EN SAVOIR PLUS

Revue, française de pédagogie, INRP, N° 174, janvier.-février.-mars. 2011 :
Évaluation, développement professionnel et organisation scolaire

NORMAND, Romuald ; DEROUET, Jean-Louis, Télécharger l'article[Article] Évaluation, développement professionnel et organisation scolaire, p.5-20
ANNAN, Brian, [Article] L’amélioration continue des établissements scolaires : l’ingénierie mise en place en Nouvelle-Zélande, p.21-30, Résumé(s)

TIMPERLEY, Helen, [Article] Le développement professionnel des enseignants et ses effets positifs sur les apprentissages des élèves, p.31-40, Résumé(s)

 


[1] La contribution principale du schooling improvement est l’information qu’elle apporte aux leaders des 18 groupes d’établissements (soit 200 écoles ou 8% du total des écoles en Nouvelle-Zélande) et notamment le développement de leur capacité à évaluer. Deux objectifs sont poursuivis : il s’agit d’abord de déterminer et de s’appuyer sur les capacités d’évaluation existantes parmi les chefs d’établissement, les lead teachers, les formateurs, les responsables locaux et nationaux du ministère de l’Éducation néo-zélandais pour ensuite évaluer l’effet général du schooling improvement comme intervention politique destinée à élever le taux de réussite des élèves. Cet exercice sert à déterminer si l’argent est correctement dépensé et à enquêter sur les variables explicatives pour mesurer l’efficacité de l’implication dans ces projets de schooling improvement auprès des élèves et des établissements scolaires.

http://ep.inrp.fr/EP/symposia/implementation-of-accountability/building-evaluative-capability-within-and-across-schools/

[2] Il est également membre du groupe GELP (Global Educations Learders Programme), fondé par un consortium Cisco, The Bill & Melinda Gates Foundation, Bridge, Harvard Graduate School of Education, Hay Group, Innovation Unit, and McKinsey & Company; il rassemble des experts d’Australie, Finlande, Chine, Corée et d’Inde; dans l’objectif d’améliorer les systemes d’éducation pour le 21ème siècle., en savoir plus sur http://www.education.auckland.ac.nz/uoa/home/news/template/news_item.jsp?cid=307603

L’évaluation efficace, c'est une enquête sur ses pratiques : le dispositif ERO (NZ, épisode 5)

le symbole emblématique du dispositif ERO (et toute leur politique de communication est fondée sur cela) reprend le signe du KORU, la fougère en développement, symbole maori des « nouveaux commencements », omni présent dans la culture quotidienne. Elle offre l’intérêt de communiquer sur la combinatoire et le développement, l’approche systémique, assumée à haut niveau.

 

Précautions méthodologiques.  et une vidéo pour commencer

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent.

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.

  • L’évaluation comme enquête sur ses pratiques : le dispositif ERO
  • Le changement local et le réseau des enseignants, l’organisation du travail d’équipe dans l’établissement
  • Le changement par l’ergonomie scolaire.
  • Le processus de développement professionnel et l’enquête sur les pratiques, l’université d’Auckland
  • L’innovation ici, l’accompagnement du changement là-bas, le dispositif CORE

________________________

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.

Les cadres référentiels étant posés et stabilisés (depuis l’acte d’éducation en 1989), avec des évolutions et des approfondissements (cf. le dispositif Te Kotahitanga), mais sans retour en arrière lié à des voltes-faces politiques, le changement et la recherche d’amélioration de l’efficacité du système éducatif se décline en plusieurs voies, souvent entremélées ; nous évoquerons ici les voies de l’évaluation globale et systémique, celle de l’organisation locale de l’établissement, celle de l’ergonomie scolaire, mais aussi celle du management et du développement professionnel et enfin celle de la prospective et de l’innovation dirait-on en France.

L’évaluation comme enquête sur ses pratiques : le dispositif ERO[1]

 

Ko te Tamaiti te Pūtake o te Kaupapa (The Child – the Heart of the Matter); Kia ora – welcome to the Education Review Office

Telle est la devise et la bannière portée haute dans toutes les publications de ce  bureau pas comme les autres, intitulé ERO pour “Education Review Office”. Sans équivalent dans notre système éducatif français, nous pourrions traduire par « Office de supervision de l’Education ».

ERO passe « en revue »  les écoles et les services d’éducation; et il publie des rapports nationaux portant sur les pratiques d’éducation. Ils sont disponibles sur leur site  http://www.ero.govt.nz/

entretien avec Gawin Baumberg, responsable du bureau ERO à Hamilton; graphe à l’appui, il explique la « petite révolution » qui est passé de l’inspection de conformité des personnels dans les disciplines  à l’accompagnement global des équipes, fondé sur l’auto-évaluation régulatrice.

Une conduite du changement (le learning) globalisé ; des élèves jusqu’aux établissements, et donc…. l’évaluation

Le système éducatif en Nouvelle-Zélande reste un système national, et avant 1990, bien semblable à notre type d’organisation relativement jacobine ;  Gavin Baumberg a rapidement esquissé deux graphes qui expriment la rupture entre un avant et un après 1989 l’Education Act :  la fonction d’inspection et de contrôle disparait dans un organigramme redessiné depuis donc vingt ans, il y a certes un Ministère de l’Education en charge de la conduite des politiques d’éducation et du nouveau curriculum (équivalent à notre socle commun), mais il existe aussi à rang égal une nouvelle délégation ministérielle, dite ERO, pour « Education Review Office », de même qu’un NZQA pour New Zealand Qualfication Authority (en charge de labellisation des établissements).

ERO prend en charge donc une fonction de régulation et de supervision des établissements en matière de didactique et de pédagogie, en conformité avec le curriculum national (NZC) ;  elle est explicitement dissociée de l’évaluation des personnels, pris en charge au niveau local, dans le cadre même de l’établissement (cela fait l’objet d’un autre article).

The New Zealand Curriculum est fondé sur quelques principes: valeurs, competences clés, aires d’apprentissage et pedagogies efficientes, telles sont les bases de l’enseignement et des apprentissages dans les écoles du pays.

ERO a à évaluer la manière dont les curricula des écoles proposent aux élèves un parcours qui les responsabilise et les pousse à aller plus loin, à s’intégrer et à affirmer l’identité unique de la NZ.

Chaque école determine son propre curriculum fondé sur le NZC. L’école construit son curriculum en intégrant les caractéristiques propres de son contexte et pour promouvoir la réussite de ses élèves. L’évaluation sera fixée au début de la supervision dans une consultation entre ERO et l’école. L’information collectée par l’auto-évaluation de l’école est le point de départ logique pour mesurer l’efficience du curriculum et de l’enseignement destiné à favoriser les apprentissages des élèves (responsabilisation, progression et réussites)

 

ERO, les équipes de Review officers

ERO rassemble environ 150 personnels, issus des corps enseignants ou de chefs d’établissement, ou encore d’anciens inspecteurs. Répartis en trois régions (Northern, Central, Southern), divisées elles-mêmes en deux ou trois districts. La cohérence du dispositif est assurée par une formation continuée et durable, fondée sur quelques principes forts et vivaces :

–          Une régulation hebdomadaire des chefs de région et de districts

–          Une formation initiale conçue comme un compagnonnage ; on est d’abord observateur des processus et des procédures, c’est assez progressif et individualisé

–          Le développement d’une ingénierie en un manuel de procédures et des outils rationnalisés ; on peut trouver ici le « Code of Conduct [2]», un Guide déontologique de référence, et chaque membre de ERO dispose d’une Carte d’accréditation qui permet d’ouvrir bien des portes.

–          Une formation de formateurs inscrite le temps même de l’exercice, reconnue comme « développement professionnel », conçue en une analyse des pratiques et en méthode de résolution de problèmes entre pairs.

Principes pour une supervision externe et une auto-évaluation interne[3]

Une clé de la supervision ERO est bien l’approche intégrant supervision externe et auto-évaluation.  En aidant l’école à construire sa compétence à s’auto-évaluer, et en intégrant les éléments d’information de l’auto-évaluation dans ses propres évaluations, le process d’évaluation de ERO permet à l’école d’élaborer un cycle d’évaluation progressif.

La recherche internationale sur les modalités d’évaluation d’école montre que les liens entre évaluations externes et internes sont les plus forts quand :

–          Le focus de l’évaluation externe est mis en discussion avec l’école

–          Un accord est trouvé autour de la nature et de la qualité des informations portant sur la réussite des élèves

–          Les critères utilisés dans l’évaluation externe sont diffusés et largement compris.

–          Il y a une compréhension commune et un accord concernant le processus, l’organisation des relations et la conduite de la supervision

–          Le process est conçu par les « actionnaires »  comme destiné à encourager l’amélioration du système éducatif

–          L’évaluation externe se focalise sur la qualité  d’auto-évaluation de chaque école, mais sur sa tendance à l’amélioration et sur son potentiel de changement

–          L’équipe de supervision est consciente et informée du contexte de l’école et de sa communauté

L’objet d’étude (review) : les six dimensions d’une école qui réussit

Ko te Tamaiti te Pūtake o te Kaupapa (The Child – the Heart of the Matter); une devise mise en exergue de tous leurs travaux; la centration sur les élèves justifie pleinement leur approche méthodologique et toute professionnelle; “une évaluation de haute qualité contribue à une éducation de haut qualité”.

La démarche emprunte à la symbolique maori du KORU, l’arbre-fougère argentée (symbole aussi des All Blacks), signifiant en un tournoiement dynamique et systémique les « nouveaux commencements ». Cette approche complexe définit six dimensions, liées entre elles, participant à la réussite des apprentissages des élèves (learning) au centre du dispositif :

  • Le « teaching » : l’enseignement à proprement parler
  • Le « leading and managing » : la conduite et l’organisation
  • Le « governing » : la gouvernance de l’Ecole
  • La « School Culture » :  la culture de l’Ecole
  • Le « Engaging families » : l’association des familles à la vie de l’école

 

 

Figure 3: The Six Dimensions of a Successful School

 

Ainsi, l’école et ERO peut s’appuyer sur ces six dimensions pour analyser l’impact du curriculum de l’école sur l’apprentissage des élèves.

 

Consultation et discussion

Selon le planning et les attendus fixés dans l’Education Act de 1989, section 61-63B, chaque école est sollicitée pour rendre compte de ses options communes affichées dans la Charte de l’Ecole et dans la construction de son curriculum. Les écoles participent à ce processus pour fournir l’information à ERO.

ERO et l’école décident ensemble de la nécessité de s’entretenir avec des personnels et des groupes (étudiants, parents, communauté maori, équipes de direction, autres groupes) pour élaborer la consultation de la communauté scolaire portant sur le curriculum et l’auto-évaluation.

Forces et aires d’évaluation,  et Développement

ERO doit identifier les forces de l’école et les aires de développement et d’analyse.  Là où l’école affiche de bonnes performances, l’attention se porte sur quelques exemples et valide les résultats de l’auto-évaluation ; elle permet d’identifier des bonnes pratiques. Là où il est nécessaire de progresser, ERO travaille avec les écoles pour décider des mesures et pour formuler quelques recommandations pour progresser.

Des performances durables ( Sustainability)

Un des rôles de ERO est de déterminer le caractère durable de la performance de l’école. Pour cette raison, les superviseurs requièrent de l’information sur deux points, d’une part la question « majeure » de l’effectivité du curriculum de l’école, et d’autre part la capacité de l’école d’aborder un cycle d’auto-évaluation. Dans la plupart des cas, les superviseurs ont à rassembler de l’information en partant des six dimensions pour décider si l’école est en capacité d’accueillir et de continuer les évaluations. Si la supervision identifie des manques dans une des six dimensions d’une école de la réussite, ERO fera porter son attention sur celles-ci.

La question  “majeure”  en évaluation de ERO

Comment dans les faits le curriculum de l’école promeut les apprentissages, l’engagement, les progrès et les réussites ?

C’est la question majeure central dans la figure propose; ERO veut observer ces questions et les critères qui s’appliquent pour évaluer les autres dimensions, voir comment elles se lient les unes aux autres pour contribuer aux apprentissages des étudiants (engagement, progrès et réussites).

ERO’s Evaluation Indicators donne la direction et les modalités d’évaluation de l’engagement, des progres et des réussites.

La procédure REVIEW de ERO

Dans une petite brochure synthétique, à l’attention des équipes, ERO détaille comment « donner le meilleur de soi-même » et propose un protocole :

–          ERO adresse à l’avance une notice de supervision à l’école

–          L’école décide si elle le veut d’avoir un « Friend of the School » pour la supervision ( voir plus loin)

–          L’école envoie à l’équipe de supervision la documentation requise par ERO

–          Le superviseur coordonnateur et le Conseil d’administration se rencontrent  et conviennent du protocole de la supervision ; en général, un cycle de deux semaines en continu

–          L’équipe de supervision visite l’école, s’entretient avec le Conseil, l’équipe de direction et les élèves. L’équipe analyse la documentation de l’école et observe l’enseignement et les apprentissages ; des panneaux peuvent être affichés dans les lieux publics par dimension ; chacun peut écrire. Des groupes peuvent êtres consultés

–          Un jour par semaine, analyse de la pratique de supervision de ERO

–          L’équipe de supervision  fait un rapport d’étape avec le Conseil. Une synthèse entre ce qui a été écrit, ce qui a été lu et ce qui a été entendu (2ème semaine)

–          Un brouillon de rapport est envoyé au Conseil  vingt jours après la visite de supervision

–          Le conseil dispose de quinze jours pour faire des observations.

–          Le rapport est finalisé ; il sera rendu public deux semaines plus tard.

–          L’école prend des décisions sur la base des conclusions.

A l’épreuve des faits, depuis vingt ans, 80 % des écoles sont visités selon un rythme triennal, 10 % des écoles, souvent les plus performantes sur un rythme quinquennal ; mais 10 % des écoles, celles les plus en difficulté, peuvent être supervisées plus régulièrement.

Dans le long terme, quelques évolutions apparaissent :

–          Le dispositif tend à se concentrer sur les écoles repérées comme étant les plus en difficulté

–          Le cycle de supervision peut s’améliorer en fonction du changement de chef d’établissement ou de Conseil (Board)

–          ERO produit des analyses transversales en croisant les résultats des écoles, destinées à alimenter la réflexion sur le système éducatif, comme par exemple le développement professionnel des enseignants, le management dans les écoles ou encore, lire et écrire à l’Ecole.

 

Une originalité : « l’ami de l’Ecole »[4]

Le rôle de l’ami de l’Ecole

Avant le début de la supervision, l’école a la possibilité de s’adjoindre un “ami de l’école” pour l’opération.

Le Conseil d’administration a la responsabilité de décider des modalités d’association de l’ami de l’Ecole. L’ami peut être n’importe qui, excepté le chef d’établissement, un membre du conseil ou de l’équipe de direction de l’école.

L’ami représente l’école et ne dispose pas de l’autorité d’un superviseur de ERO.

Compétences requises pour devenir un ami de l’école

L’école choisit son ami selon ses propres critères, qui doivent cependant comprendre:

–          Une bonne connaissance de l’école et des facteurs contextuels qui pèsent sur sa performance

–          La possibilité de représenter les intérêts d’un groupe particulier ou de groupes dans l’école tels que les élèves, les parents ou de la communauté plus largement

–          La capacité d’entretenir des relations constructives avec les membres de la communauté scolaire et de ERO

–          Une expertise dans un domaine spécifique et important dans l’école

Paramètres relatifs à l’ami de l’école
  • La décision d’inclure un ami de l’école dans la supervision relève du Conseil d’administration
  • L’école peut choisir une seule personne comme ami.
  • L’école prend en charge tous les frais relatifs à l’ami de l’école
  • L’ami est responsable devant le Conseil durant le temps de la supervision
  • ERO se réserve le droit de donner des informations des superviseurs de manière confidentielle, sans la présence de l’ami.
Organisation des relations entre les partenaires et procédures
Ce que fait ERO Ce que fait l’Ecole Ce que fait l’ami de l’école
Donne un guide en ligne au Conseil pour l’assister dans ses choix et le management de l’ami.Avec l’accord de l’école, il donne à l’ami les possibilités de

–          Préparer les rencontres et interviews dans le cadre de la supervision

–          Voir tous les documents que le conseil souhaite mettre à disposition

–          Participer aux réunions d’équipe de supervision

Décide si l’école souhaite avoir un ami impliqué dans la supervision.Sélectionne l’ami.

Fournit les instructions nécessaires à l’ami pour remplir son rôle.

Notifie à ERO la décision d’avoir un ami, des lignes de conduites et des paramètres donnés en conséquence.

Se met d’accord avec les calendriers et procédures de ERO pour participer à la supervision.Prend part à tous les aspects de la supervision souhaités par l’école.

Participe aux rencontres et aux discussions de l’équipe de supervision.

Commente le pré-rapport de ERO, par l’intermédiaire du Conseil d’admnistration, s’il le souhaite.

L’ami de l’école peut trouver les informations utiles dans le livret de ERO: Donner le meilleur de votre supervision ERO (Getting the most out of your ERO review),  disponible sur le www.ero.govt.nz.


[1] D’aprés des éléments recueillis en entretien avec Gavin BAUMBERG,  bureau ERO à Hamilton –juillet 2011

 

[2] All the requirements and undertakings under the State Services Commission’s Statement of Integrity and Conduct and in the Education Review Office Code of Conduct apply to review officers. ERO’s Code of Conduct incorporates the fourelements of the Standards of Integrity and Conduct. WE MUST BE FAIR, IMPARTIAL, RESPONSIBLE AND TRUSTWORTHY. http://www.ero.govt.nz/Review-Process/Expectations-of-Review-Officers

 

[3] Extrait du guide “Framework for the School Review, juin 2010”

Le « learning » pour les profs: pour une pédagogie efficace (NZ, épisode 4)

 

 

 

 

 

 

image du nautilus, coquillage métaphorique utilisé pour le learning en NZ)

Précautions méthodologiques.  et une vidéo pour commencer

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent.

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.

  • L’évaluation comme enquête sur ses pratiques : le dispositif ERO..
  • Le changement local et le réseau des enseignants, l’organisation du travail d’équipe dans l’établissement
  • Le changement par l’ergonomie scolaire.
  • Le processus de développement professionnel et l’enquête sur les pratiques, l’université d’Auckland
  • L’innovation ici, l’accompagnement du changement là-bas, le dispositif CORE.

___________________________________________

Le « learning » comme mise en système et évolution de l’enseignement pour une pédagogie efficace

En posant un cadre de référence commun et finalisé pour tous les élèves (le NZC ou l’équivalent du Socle commun), en construisant progressivement les actes professionnels de l’enseignant (voir le dispositif Te Kotahitanga) , l’Education fait « système »:

(je recommande la lecture, du moins, le feuilletage, du livret NZC, remarquable par sa conception, et son choix graphique et tout symbolique, d’incarner le système et le développement par un coquillage, métaphore qui trouve son sens en NZ. Beaucoup de photos d’enfants aussi…)

dans le même livret du « Socle », est défini le profil et les compétences de l' »effective teacher ».

Hamilton (NZ) Université, Centre des conseillers pédagogiques: si vous parvenez à lire la bannière de l’Université: la devise maori donne à peu prés ceci: « Avec ton panier repas et avec le mien, chacun aura suffisamment à manger ». Puis, ce qu’ils appellent « vision » (finalité): pour une qualité de l’apprenance grâce à des partenariats »…

Les 7 compétences clés… de l’enseignant (NZ)[1]

Quand des enseignants veulent promouvoir l’apprentissage de leurs élèves, cela peut s’exprimer en actes bien identifiés, dans le cadre du document correspond en France au Socle commun, sauf qu’en Nouvelle Zélande, le développement professionnel, et la conduite du changement (« guidance ») sont inclus; on y évoque donc plusieurs points. Nous en reprenons ici les principaux éléments du document.

Enseigner en favorisant l’apprentissage des élèves

Bien qu’il n’y a pas de formule permettant de garantir l’apprentissage de chaque élève dans chaque contexte, il existe des recherches reconnues, très bien documentées sur les types d’enseigner et sur les gestes qui ont constamment un impact positif sur l’apprentissage des élèves.  Les résultats nous indiquent que les élèves apprennent mieux lorsque les enseignants:

  • créent un environnement propice à l’apprentissage
  • favorisent la pensée et l’action réflexives
  • améliorent la pertinence de l’apprentissage des nouvelles connaissances
  • facilitent l’apprentissage partagé
  • font des connexions avec les apprentissages et expérience antérieurs
  • offrent des possibilités suffisantes pour apprendre
  • deviennent enquêteurs de la relation enseignement-apprentissage.

Créer un environnement propice à l’apprentissage

L’apprentissage est inséparable de son contexte social et culturel. Les élèves apprennent mieux quand ils se sentent acceptés, quand ils ont des relations positives avec leurs camarades et professeurs, et quand ils sentent capables d’être des membres actifs et visibles de la communauté d’apprentissage. Les enseignants efficients favorisent des relations positives au sein des environnements qui prennent en charge, y compris, non discriminatoires, et cohésive. Ils construisent également de bonnes relations avec la communauté scolaire, en collaboration avec les parents comme des partenaires clés qui ont la connaissance unique de leurs enfants et d’innombrables occasions de faire progresser l’apprentissage de leurs enfants. Les enseignants efficients participent à la diversité culturelle et linguistique de tous leurs élèves. La culture de la classe existe à l’intérieur et aux côtés d’autres cultures, y compris les cultures de l’école au sens élargi et de la communauté locale, la culture des amis de l’extérieur des l’élèves, et la culture professionnelle de l’enseignant.

Encourager la pensée et l’action réflexives

Les élèves apprennent plus efficacement quand ils développent la capacité de prendre du recul à partir des informations ou des idées qu’ils ont engagées et de les repenser d’une manière objective .Les apprenants réflexifs apprennent les nouveaux apprentissages, ils le rapportent à ce qu’ils sachent déjà, l’adaptent à leurs propres buts, et traduisent la pensée en action. Cependant, ils développent leur créativité, leur capacité à réfléchir de manière critique sur les informations et les idées, et sur leur capacité métacognitive (qui en est, leur capacité à réfléchir sur leur propre pensée). Les enseignants encouragent cette forme de pensée quand ils projettent les tâches et les opportunités qui obligent les élèves d’ évaluer d’une manière critique le matériel qu’ils utilisent et envisager les fins pour lesquelles il a été initialement créé.

Accroître la pertinence de l’apprentissage de nouvelles connaissances

Les élèves apprennent plus efficacement quand ils comprennent le contenu de ce qu’ils apprennent, pourquoi ils l’apprennent, et comment ils seront capables d’utiliser leurs nouveaux apprentissages. Les enseignants efficients stimulent la curiosité de leurs élèves, les obligent à rechercher des informations pertinentes et des idées, et les mettent au défi d’utiliser ou d’appliquer ce qu’ils découvrent dans des contextes nouveaux ou dans des nouvelles façons. Ils cherchent des occasions de faire participer les élèves directement dans les décisions relatives à leur propre apprentissage. Cela les encourage à voir la pertinence de ce qu’ils font et aussi et de se coordonner leur propre apprentissage.

Faciliter l’apprentissage partagé

Les élèves apprennent quand ils s’engagent dans des activités partagées et d’échanges avec d’autres personnes, y compris les membres de la famille et les personnes de leur communauté extrascolaire. Les enseignants encouragent ce processus en formant la classe comme communauté d’apprentissage. Dans une telle communauté, tout le monde, y compris l’enseignant, apprend; les conversations d’apprentissage et les partenariats d’apprentissage en étant encouragées, et provoquées, soutenues et le feedback toujours disponible. Pendant qu’ils s’engagent dans des discours réflexifs avec d’autres, les élèves se construisent la langue dont ils ont besoin pour leur apprentissage

Établir des liens avec les apprentissages et l’expériences antérieurs

Les élèves apprennent mieux quand ils sont en mesure d’intégrer les nouveaux apprentissages avec ce qu’ils savent déjà. Lorsque les enseignants bâtissent délibérément sur ce que leurs élèves savent et ont vécu déjà, ils maximisent l’utilisation du temps d’apprentissage, anticipent leurs besoins d’apprentissage, et évitent la duplication inutile des contenus. Les enseignants peuvent aider les élèves à établir des liens entre les domaines d’apprentissage ainsi que les pratiques de la maison et le reste des pratiques sociales.

Fournir suffisamment d’occasions d’apprendre

Les élèves apprennent plus efficacement quand ils ont le temps et l’occasion de s’impliquer, de pratiquer, et de transformer les nouveaux apprentissages. Cela signifie qu’ils ont besoin de rencontrer es nouvelles apprentissages d’un certain nombre de fois et dans une variété de tâches et dans des contextes différents. Cela signifie également que lorsque le contenu des programmes d’étude et la compréhension des élèves sont en concurrence, l’enseignant peut décider de couvrir moins sujets, mais plus en profondeur. L’évaluation appropriée permet à l’enseignant de déterminer la pertinence d’occasions d’apprendre particulièrement pour un élève en et de séquencer au fil du temps les expériences d’apprentissage des élèves.

Enseigner comme enquête

Comme toute stratégie d’enseignement fonctionne différemment dans des contextes différents pour différents élèves, la pédagogie efficiente exige que les enseignants enquêter sur l’impact de leur enseignement sur leurs élèves.

L’enquête sur la relation enseignement-apprentissage peut être visualisée comme un processus cyclique qui se passe chaque instant (comme l’enseignement a lieu), jour après jour, et à long terme.

Pendant  ce processus, l’enseignant demande:

  • FOCUSING INQUIRY : Qu’est-ce qui  est important (et mérite donc d’y consacrer du temps) pour mes étudiants ?

Cette enquête se concentre et établit une référence et une direction. L’enseignant utilise toutes les informations disponibles afin de déterminer ce que leurs élèves ont déjà appris et ce qu’ils ont besoin d’apprendre prochainement.

  • TEACHING INQUIRY : Quelles stratégies (déjà expérimentées et éprouvées) sont plus susceptibles d’aider mes élèves à apprendre ces éléments ?

Dans cette enquête, l’enseignant utilise les résultats de la recherche et de leur pratiques passées et de ceux de ses collègues pour  planifier l’enseignement et l’apprentissage visant à atteindre les résultats prioritaires issus de l’enquête.

  • LEARNING INQUIRY : Que s’est-il passé à la suite de l’enseignement, et quelles sont les implications pour les futures activités d’enseignement ?

Dans cette enquête sur l’apprentissage, l’enseignant examine les succès de son enseignement en termes de priorités, en utilisant les résultats d’une gamme de méthodes d’évaluation. Ils font cela même quand les activités d’apprentissage sont en cours et aussi à long terme des séquences ou des unités d’apprentissage sont vers leur fin. Ils analysent et interprètent les informations pour réfléchir à ce qu’ils pourraient faire au futur.

en savoir plus: les outils et guide de l’inquiry

Une conséquence: la « déprivatisation » des pratiques; l’enseignement, et la façon d’apprendre, pour les élèves comme pour les enseignants, ne se conçoit que coopérativement et progressivement, en ouvrant les portes.

De-privatising practice – opening up classrooms, practice, and discussion – involved teachers looking at themselves as inquirer and learner.

People just became so passionate about it because it was so exciting going into class and doing these lessons with the kids…and then the conversations were about those lessons and about the things kids were saying. It really helped to make the conversations about the learning, and you’d feed off each others’ ideas.

Students at Kelburn Normal School. Students at Kelburn Normal School.

 EN SAVOIR PLUS

Revue, française de pédagogie, INRP, N° 174, janvier.-février.-mars. 2011 :
Évaluation, développement professionnel et organisation scolaire

NORMAND, Romuald ; DEROUET, Jean-Louis, Télécharger l'article[Article] Évaluation, développement professionnel et organisation scolaire, p.5-20
ANNAN, Brian, [Article] L’amélioration continue des établissements scolaires : l’ingénierie mise en place en Nouvelle-Zélande, p.21-30, Résumé(s)
TIMPERLEY, Helen, [Article] Le développement professionnel des enseignants et ses effets positifs sur les apprentissages des élèves, p.31-40, Résumé(s)
STOBART, Gordon, Article] « L’évaluation pour les apprentissages  » : d’une expérimentation locale à une politique nationale, p.41-48, Résumé(s)
ROBINSON, Marian, [Article] Associer obligation de résultats et amélioration des compétences des établissments de New York , p.49-60, Résumé(s)
NABORS OLAH, Leslie, Article] Les évaluations intermédiaires des élèves dans le cadre des cycles d’amélioration continue de l’enseignement , p.61-70, Résumé(s)
BEHRENS, Matthis, [Article] Les transformations de l’organisation scolaire : retour vers la qualité de l’enseignement, p.71-90, Résumé(s)
BELMONT, Brigitte ; PLAISANCE, Eric ; VERILLON, Aliette
ESCALIÉ, Guillaume ; CHALIES, Sébastien, [Varia] Vers un usage européen du modèle des communautés de pratique en formation des enseignants, p.107-118, Résumé(s)

Faire réussir TOUS les élèves (NZ, épisode 3), Te Kotahitanga

Précautions méthodologiques.  et une vidéo pour commencer

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent.

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.

  • L’évaluation comme enquête sur ses pratiques : le dispositif ERO..
  • Le changement local et le réseau des enseignants, l’organisation du travail d’équipe dans l’établissement
  • Le changement par l’ergonomie scolaire.

___________________________________________

Le dispositif Te Kotahitanga et les élèves maoris questionnent le cœur de l’enseignement

Mettre en avant  un curriculum pour tous, c’est s’intéresser de très près à la réussite de tous les élèves ; l’attention est alors portée sur la réussite des élèves maoris. Intervention de Russel Bishop, Univ. Waikato, nov. 2011 à WISE

TE KOTAHITANGA (l’unité ensemble)[1]

He aha i te mea nui o te ao ? He tangata, he tangata, he tangata ?

Qu’est ce qui est plus important ? Ce sont les gens, ce sont les personnes, les êtres humains !

Le message est d’importance pour l’éducation, et la réussite de TOUS les élèves ; en Nouvelle-Zélande, cette invitation prend la forme d’une injonction forte et renouvelée ; compte tenu que la terre reste encore une terre au passé colonial encore récent, et terre d’ immigration,  mais déjà peuplée par les tribus maoris ; depuis 1989, les mouvements revendicatifs et la présence politique s’est affirmée ; un processus de restitution des terres et de dédommagement est entamé, qui durera des années. La culture officielle, institutionnelle, et la société est devenue mixte.

La traduction dans l’éducation de ce mouvement a été longue ; des initiatives culturelles, des écoles plus mixées socialement et communautairement ; les PAKAHEA (les blancs) tentaient de trouver des solutions pour les Maoris. Mais les résultats « académiques » pour les élèves maoris restaient encore en dessous.

Le changement : by Maori, for Maori, for all

C’est dans les années 1990 qu’une Initiative a été lancée pour améliorer le taux de réussite des élèves maoris, à partir de recherches de l’université de WAIKATO (Russell BISHOP et Mere BERRYMAN, sciences de l’éducation), avant d’aboutir à un programme développé dans les écoles à partir de 2001 : le dispositif TE KOTAHITANGA, c’est-à-dire l’unité ensemble, du nom de 1858, 1er mouvement unitaire de revendication des tribus maoris pour créer un Parlement. Site http://www.tekotahitanga.tki.org.nz

(petit moment musical au titre dédié, Kotahitanga) pour l’ambiance…

La base de la Recherche  est constituée par un travail d’enquête auprès des élèves  maoris, sur un panel varié (difficulté, réussite, etc), , un recueil d’ interviews de recherche (discussion informelle), puis des professeurs, des chefs d’établissement et des familles (corpus de conversation) : quelles sont vos expériences ? Les chercheurs en  tirent un livre, intitulé CULTURE SPEAKS, c’est-à-dire des narrations directes et fidèles, qui sert toujours de référence.

Ils en dégagent trois facteurs influant sur le taux de réussite des élèves maoris :

–          Les  structures : organisation du temps, des espaces dans l’établissement

–          Environnement familial et social : historiographie des parents, rapports avec l’école, conditions et hygiène de vie, sentiment d’estime de soi

–          Relation avec le professeur :

Dans une approche assez pragmatique, ils s’interrogent alors sur le facteur où l’enseignant peut porter  son effort ? (AGENCY : le domaine sur lequel on peut influer). L’action va donc se concentrer sur le domaine de la RELATION AVEC LE PROFESSEUR.

Développement d’un programme de recherche

Approche développante et assez pragmatique par réajustement (phase de 2 ans)

Phase 1 : quelques écoles volontaires pour test du programme ; les élèves progressaient selon les disciplines inscrites dans le programme, manque de cohérence dans l’école

PHASE 2 : extension du programme à tout un établissement pour rendre cohérent les effets auprès des élèves, approche globale, mais le management ne suit pas

PHASE  3 et 4 : les chefs d’établissement sont plus impliqués dans le programme de manière plus cohérente, relève de la politique et de l’organisation de l’établissement.

PHASE 5 : dernière étape, les fonds se tarissent en 2012, et les équipes devront être indépendantes ou auto-suffisantes.  Impliquer les communautés et les familles, faire participer la communauté maori (WHANO dit FANO).

Critères de régulation

Les critères permettant de mesurer l’efficacité du programme sont peu nombreux mais suffisamment signifiants au niveau d’un établissement ; concernant les élèves maoris, il s’agit de mesurer les évolutions relatifs à :

  • présences et exclusions
  • participations aux activités culturelles et artistiques
  • prise de rôles (leadership)
  • parcours scolaires et devenir dans le supérieur

PROCESSUS DE DEVELOPPEMENT PROFESSIONNEL « TKI »

Tout ce qui nous faisons ou mettons en œuvre relève de dimension culturelle, qui souvent nous dépasse ; nous sommes traversés par ces pratiques.

Pour lutter contre Le DEFICIT THEORISING : théorie du déficit, souvent avancé par les enseignants vis-à-vis des élèves maoris, surestimation des conditions de l’environnement sur les chances de la réussite scolaire.

Face à des détracteurs enseignants (je ne fais de spécial pour les seuls élèves maoris, je traite tous les élèves de la même façon, mais en partant de ma culture propre). Il s’agit de prendre conscience de la connivence socio-culturelle qui favorise ou discrimine en milieu culturel. (question de représentation du monde). Exemple de la Lettre E (vue de façon différente), soit un 3, soit un W, soit un E.

Le DISCURSIVE REPOSITIONNING : le fait de prendre conscience et de se poser des questions sur mon attitude, sur ma position). Le « discursive » s’oppose au positionnement traditionnel,  Penser l’alternative.

Ce qui va faire la différence, c’est de définir le « effective teacher profile », extrait des narrations analysées des élèves. c est à dire les actes, les gestes, les postures, les interactions mis en œuvre par un enseignant, pour faire réussir tous les élèves.

–          Interaction : ce qui se dit, les instructions

–          Les relations : respects, s’intérêt à la culture, habillage de la classe

Est mis en place un cycle de « développement professionnel » :

–          « hui whakarewa » (se réchauffer, introduction ensemble, se rassembler) :  stage de trois jours , à partir des « narratives » (etude de textes), pour se repositionner professionnellement, et présentation du programme.

–          Observation : dans les classes, avec un « facilitator », une fois dans le trimestre ; l’objectif est co-déterminé par l’enseignant et l’observateur ;  parallèlement, se met en place, un « shadow coaching ». aller dans la classe de l’autre, observer un autre collègue, pour prendre de l’information

–          Feedback entre l’enseignant et l’observateur

–          Co-construction meeting (équivalent à un conseil de classe) centré autour des élèves maoris observés ; les thèmes et objectifs sont donnés par le groupe lui-même.

effective teacher profile 

Si vous cherchez à être, devenir, un « bon prof », en France, on a quelques définitions, mais en NZ, ils ont établi en écoutant les élèves plus défavorisés, les parents, les chefs d’établissement, à partir d’analyses d’entretiens, un profil type assez décoiffant (si vous comprenez un peu l’anglais) pour un « effective teacher »: voir sur http://www.educationcounts.gov​t.nz/publications/maori_educat​ion/5383; ou encore une vidéo courte sur le « agentic positionning »

Le domaine « Relation avec l’enseignant » est donc privilégié directement dans le travail de développement professionnel ; son analyse  combine deux champs liés étroitement, d’une part les interactions avec les élèves maoris, d’autre part les relations ; pour chacun de ces champs, des critères d’analyse sont proposés.

 (1) : LES INTERACTIONS

–          Les interactions traditionnelles :

  • Instructions: consignes, ordres, organisation du travail
  • Monitoring: mots ou regard de contrôle, de vérification
  •  Feed-back behaviour (plus ou moins) : un mot sur le comportement
  • feed-back académic negatif : un mot sur un manqué ou une erreur constatée
  • feed-forward behavior : projeter l’élève sur une tâche, sur une aide, par ex. qu’est-ce que tu pourrais faire pour aider X ou Y ?)

 

–          Les interactions « discursives » :

  • Feedback academic positive : (renforcement positif sur des  actes scolaires), spécifier le TB, par ex. « j’aime bien la façon dont tu fais…. »
  • Feedforward academic positive: « qu’est ce que tu pourrais faire d’autre ? Quelle est la prochaine étape ? A qui tu pourrais demander dans la classe ?
  • Co-construction :  construire la leçon avec les élèves (powersharing), élaboration en commun des savoirs, du travail, prise en compte des initiatives, négociation du projet, donner des choix .
  • Prior knowledge : c’est-à-dire partir des connaissances déjà acquises quand ils arrivent en classe, prendre en compte les savoirs déjà là (sans avoir fait l’objet d’un enseignement préalable).

 

 Les critères d’observation

L’observateur (dit aussi « facilitator « ) dispose d’une grille d’analyse : sur une feuille  d’observation et de suivi sur une classe, l’observateur  consacre alternativement 10 mn (observation des relations), 30 mn de codage pour les interactions puis encore , 20 mn  (relations). Lors d’une séquence,  l’observation porte 10 fois sur quelques élèves , par séquence de 10 seconde.; les cases sont complétées par des initiales.

ELEVES 1 Résultat en %
Elève 1 FeedforwardHomeworks  X %
Elève 2

 X Toute la classe    X Individuelle  X Groupe

 

Le relevé est complété par un schéma ou dessin de l’espace de la classe pour cibler les déplacements du prof et les places des élèves maoris

A l’issue de la séance, les résultats sont compilés pour permettre d’établir une  grille par professeur :

Professeur X Toute  la classe Individuelle Groupe TOTAL
Interactions traditionnellesMonitorInstructionsFeedback académic« feed back behaviour (plus ou moins) ,feed-back académic negatif ,feedforward behavior Nbre d’items 60 %
Interactions « discursives »Feedback academic positiveFeedforward academic positive:Co-constructionPrior knowledge : 40 % (au dela, pas de différence significative pour les élèves)
IDEAL est un équilibre 60/40

 

La confrontation et les expériences conduites depuis dix ans ont montré que les progrès significatifs sont possibles quand il y a variété suffisante et nécessaire des interactions ; celles destinées à réguler plus traditionnelles à hauteur de 60 ¨%, mais aussi celles plus accompagnantes et plus coopératives à hauteur de 40 % ;  il ne s’agit donc pas de tout basculer vers une conduite de classe toute « discursive » ; les différences ne sont plus significatives ; mais juste de trouver cet équilibre subtil qui rétablit les chances pour tous les élèves.[2]

(2) , LES RELATIONS (ou relationships)

Sur l’autre versant de la feuille, le facilitator reporte des observations relatives aux  RELATIONS : ce domaine est réparti en cinq champs bien identifiés, issus directement des analyses des « narratives » (entretiens d’origine avec les élèves et édités dans « Culture Speaks »).

–          Manaakitanga :  manière d’accueillir les élèves, se préoccuper des problèmes seul ou en visibilité, respecter l’intégrité de la personne, capacité d’écoute,  m’occuper de l’élève en tant que Personne, ton de la voix, humour

–          Mana motuhake (attentes élevées) d’abord comportement puis academic

–          Nga Whakapiringotanga (organisation de la classe) : ordre ou désordre, activité prête ou moins préparée,  organisation spatiale, sur les murs, les tables,  affichage (du prof ou des élèves), affichage de l’objectif au tableau, écrire au tableau

–          Culturally appropriate context :  ce que fait le professeur dans sa salle pour que les élèves s’identifie à leur culture, de manière consciente, choisir des exemples propres à la culture maori pour faciliter la compréhension. Prendre appui sur la culture d’origine

–          Culturally responsive context :   pouvoir accepter les éléments de culture d’origine apportés par les élèves, apports des élèves dans le contexte d’apprentissage

L’observation est directe et les éléments sont reportés sur la feuille ; à noter les deux colonnes comparées : entre « ce que je vois » et  la colonne « evidence » ou preuve (matérialité de l’observation et quotité).

Ce que je vois EVIDENCE (preuve)
X  Little    X  some    X  lots1  2  3  4  5

 

Cette feuille d’observation et d’annotation est reprise après la séance en un debriefing et une négociation dans l’analyse entre le facilitator etl’enseignant de sorte à pouvoir  fixer un objectif d’amélioration pour la prochaine fois

Devenir facilitator :

La fonction est  prise en charge par des HSE subventionnées par le dispositif national : elle nécessite quelques engagements :

–          Faire des observations avec un facilitator, puis on compare les codes et les notes ; avec l’aide de quelques manuels

–          Entretien d’embauche et questionnements, puis stages de formation trimestriels au niveau régional et un séminaire national annuel

–          Une équipe dans l’établissement de quelques facilitators, parfois une personne entièrement dédiée à l’observation, presque senior management. Qui se réunit toutes les semaines sur une heure « professional developpement ».  (PD).

Le dispositif TE KOTAHITANGA est donc un dispositif PD complémentairement, pourtant parfois déconnecté de l’évaluation globale faite par ERO par ailleurs (voir plus loin).

Nous pourrions cependant qualifier ce dispositif d’innovant (un vocable absent dans le champ lexical néo-zéd, ou alors uniquement dédié aux tice) , en ce sens qu’il touche les marges du système (les élèves maoris, soit 15 % de la population en moyenne), mais séquant, dans la mesure où les questions posées et les solutions proposées portent bien au cœur du système. Nous retrouvons là le principe premier : « for all ».


[1] D’après les éléments recueillis auprès d’Agnès PEYRON, professeur de français et facilitator au Collège jeunes filles de TAURANGA , 20 juillet 2011

[2] Ces conclusions sont très proches des travaux menés par le professeur Monteil et son équipe du CNRS sur les effets du contexte scolaire sur les apprentissages scolaires.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent (NZ, épisode 2)

Précautions méthodologiques.  et une vidéo pour commencer

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent.

  • Les compétences clé du curriculum de la Nouvelle-Zélande ou la version australe avancée du Socle commun
  • Le dispositif Te Kotahitanga et les élèves maoris questionnent le cœur de l’enseignement.
  • Le « learning » comme mise en système et évolution de l’enseignement pour une pédagogie efficace
  • Les 7 compétences clés… de l’enseignant (NZ).

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.

  • L’évaluation comme enquête sur ses pratiques : le dispositif ERO..
  • Le changement local et le réseau des enseignants, l’organisation du travail d’équipe dans l’établissement
  • Le changement par l’ergonomie scolaire.
  • Le processus de développement professionnel et l’enquête sur les pratiques, l’université d’Auckland
  • L’innovation ici, l’accompagnement du changement là-bas, le dispositif CORE.

—————————————————-

La Nouvelle-Zélande est engagée dans un changement depuis plus de vingt ans, un changement qui fait système en mariant de nouveaux cadres de référence pour les élèves, de nouvelles organisations de travail pour les enseignants et des modes de managements tout aussi impliqués. Le « learning » est une dimension envahissante qui vient  à dissoudre les éléments de base pour en permettre une recomposition plus efficiente.

 

« The New Zealand Curriculum is the best in the world » – Dr. Julia Atkin looks back at the different iterations of the NZ curriculum and discusses how the current curriculum requires a shift in perspective; from a teacher of the subject to a teacher of the person.

La première étape passe d’abord par la définition des compétences clés pour les élèves ; cela se présente sous le titre de « nouveau curriculum » ; nous en reprenons ici les passages directement.

Les compétences clé du curriculum de la Nouvelle-Zélande[1] ou la version australe avancée du Socle commun

Les compétences-clés du NZC (Capacités pour vivre et apprendre tout au long de la vie)

  • Penser
  • Utiliser la langue, les symboles et les textes
  • Se prendre en charge soi-même
  • Développer la relation aux autres
  • Participer et contribuer à la communauté

Les personnes utilisent ces compétences pour vivre, pour apprendre, pour travailler et pour contribuer en tant que membres actifs de leurs communautés. Plus complexes que les aptitudes, les compétences portent aussi sur les connaissances, les attitudes et les valeurs dans des modalités qui mènent à l’action. Elles ne sont pas séparées ou individualisées. Elles sont la clé de l’apprentissage dans tous les domaines d’enseignement.

Le développement des compétences est à la fois un but en lui-même et le moyen par lequel d’autres fins sont atteintes. Des apprenants réussissent à utiliser les compétences en combinaison avec toutes les autres ressources mises à leur disposition. Il s’agit notamment des objectifs personnels, d’autres personnes, les connaissances et les valeurs communautaires, les outils culturels (langue, des symboles et textes), et les connaissances et compétences dans différents domaines d’apprentissage. Les apprenants qui réussissent  à développer ces compétences, sont aussi motivés pour  les utiliser, tout en reconnaissant quand et comment le faire et pourquoi.

Les occasions de développer les compétences se produisent dans des contextes sociaux. Les gens adoptent et adaptent les pratiques qu’ils voient utilisées et appréciées par leurs proches, et ils constituent ces pratiques comme part de leur propre identité et leur expertise.

Les compétences continuent de se développer au fil du temps, modelées par les interactions avec les gens, les lieux, les idées et les choses. Les élèves ont besoin d’être remis en question et pris en charge pour les développer dans des contextes qui sont de plus en plus vastes et complexes.

Réfléchir

La réflexion est l’utilisation créative des processus critiques, et métacognitifs pour donner un sens à l’information, des expériences et des idées. Ces processus peuvent être appliqués à des fins telles que développer la compréhension, la prise de décision, l’élaboration des actions, ou construire des connaissances. La curiosité intellectuelle est au cœur de cette compétence.

Les étudiants qui sont des penseurs compétents et résoudre des problèmes recherchent activement, utiliser et créer des connaissances. Ils réfléchissent sur leur propre apprentissage, s’appuyer sur des connaissances personnelles et des intuitions, posent des questions et défier  à partir d’hypothèses et des perceptions.

____________________________________________________

  une invitation affichée dans toutes les salles d’un établissement secondaire

 

 

 

 

 dans un coin de tableau blanc en visite dans un établissement huppé de Cambridge (NZ) ,  une méthode usuelle là bas d’organisation de réflexion du groupe, dite méthode des six chapeaux,[2]

 

_________________________________________________

Utiliser le langage, les symboles et le texte

En utilisant un langage, des symboles et des textes signifie l’utilisation des ceci et de faire signification des codes dans laquelle la connaissance est exprimée. Les langues et les symboles sont des systèmes de représentation et de communication des informations, des expériences et des idées. Les gens utilisent les langues et les symboles pour produire des textes de toutes sortes: écrites, orales / auditives et visuelles; informatifs et imaginatives; formels et informels; mathématiques, scientifiques et technologiques.

Les étudiants qui sont des utilisateurs compétents de la langue, des symboles et des textes peuvent interpréter et utiliser des mots, les nombres, d’images, le mouvement, la métaphore, et les technologies dans des contextes variés. Ils reconnaissent comment les choix de la langue, un symbole ou un texte régissent la compréhension des gens et la façon dont ils réagissent aux communications. Ils utilisent avec confiance les TICE (y compris, cas échéant, les technologies d’assistance) pour accéder er et fournir des informations et pour communiquer avec les autres.

La gestion de soi

Cette compétence est associée à l’auto-motivation, une «can-do » attitude, et avec la quelle les étudiants se considèrent comme des apprenants capables. Elle fait partie intégrante de l’auto-évaluation.

___________________

 engager les élèves à faire un panneau de présentation, riche et interactif sur http://www.glogster.com/?eduwarning=1

______________________________

Les étudiants qui se gèrent eux-mêmes sont entreprenants, débrouillards, fiables et résiliants. Ils s’établissent des objectifs personnels, font des plans, gérent des projets et établissent des normes élevées. Ils ont des stratégies pour relever les défis. Ils savent le moment de coordonner, le moment pour suivre et le moment d’agir de façon indépendante.

Développer la relation aux autres

Développer la relation aux autres signifie interagir efficacement avec un large éventail de personnes dans une variété de contextes. Cette compétence comprend la capacité d’écouter activement, à reconnaître les différents points de vue, négocier et partager des idées.

Les étudiants qui se rapportent bien à d’autres sont ouverts à de nouveaux apprentissages et capable de jouer différents rôles dans différentes situations. Ils sont conscients de la façon dont leurs paroles et leurs actions affectent les autres. Ils savent quand il est approprié de faire concurrence et quand il est approprié de coopérer. En collaborant ensemble avec efficacité, ils peuvent venir avec de nouvelles méthodes, idées et façons de penser.

une façon comme une autre d’organiser son savoir et de le présenter à autrui. Chaque élève fait  sa propre carte ou ici mandala pour apprendre et pour communiquer (High School Cambridge, NZ)

Participer et contribuer

Cette compétence est d’être activement impliqué dans les communautés. Celles-ci  incluent la famille,  la whanau, et à l’école et celles basées, par exemple, sur un intérêt commun ou de la culture. Elles  peuvent être rapprochées des fins telles que l’apprentissage, le travail, la fête ou de loisirs. Elles peuvent être locales, nationales ou mondiales. Cette compétence comprend une capacité de contribuer de façon appropriée en tant que membre du groupe, de faire des liens avec les autres et à créer des opportunités pour d’autres dans le groupe.

Les élèves qui participent et contribuent au sein des communautés ont un sentiment d’appartenance et la confiance nécessaire pour participer dans de nouveaux contextes. Ils comprennent l’importance de l’équilibre des droits, rôles et responsabilités et de contribuer à la qualité et la durabilité des environnements sociaux, culturels, physiques et économiques.

Ces cinq compétences clés du NZC s’appliquent dans les domaines d’apprentissage suivant :

  • Anglais
  • Les lettres et les arts
  • L’apprentissage des langues étrangères
  • Les mathématiques et les statistiques
  • Les sciences
  • Les sciences sociales
  • La technologie

In English, students study, use, and enjoy language and literature communicated orally, visually, or in writing.

arts learning area image.

In the arts, students explore, refine, and communicate ideas as they connect thinking, imagination, senses, and feelings to create works and respond to the works of others.

Health learning area image.

In health and physical education, students learn about their own well-being, and that of others and society, in health-related and movement contexts.

Learning languages image.

In learning languages, students learn to communicate in an additional language, develop their capacity to learn further languages, and explore different world views in relation to their own.

Maths icon.

In mathematics and statistics, students explore relationships in quantities, space, and data and learn to express these relationships in ways that help them to make sense of the world around them.

Science learning area image.

In science, students explore how both the natural physical world and science itself work so that they can participate as critical, informed, and responsible citizens in a society in which science plays a significant role.

Social sciences learning area image.

In the social sciences, students explore how societies work and how they themselves can participate and take action as critical, informed, and responsible citizens.

Technology learning area image.

In technology, students learn to be innovative developers of products and systems and discerning consumers who will make a difference in the world.

(plus de détails sur les contenus eux-mêmes dans le document en ligne)

Le curriculum ou NZC concerne dont les élèves du premier et du second degré et s’inscrit dans une continuité entre l’école « maternelle » et le supérieur.

 ______________________________

Dans une High School de Cambridge (établissement public) au Sud d’Auckland, on n’hésite pas à afficher ses valeurs (values) pour tous. Les professeurs rencontrés les portent haut et fort.

 

Comme de l’autre côté de la pièce d’accueil, on n’hésite pas à afficher les réussites (achievements) de tous les élèves, dans toutes les dimensions de la réussite, bien au delà des savoirs dits ici « académiques ».

introduction à l'autre bout du monde, éléments pour la Nouvelle-Zélande

En guise de lectures de fin d’été, ou de celles de retour sur la Terre ferme de la rentrée scolaire, je vous propose une série de notes prises d’observations sur le système scolaire néo-zélandais, (Coupe du Monde oblige ?).

Pour la commodité de la consultation, les contributions se feront sous formes d’articles dans le présent blog tout au long de ces prochains jours.

 

 

 

Précautions méthodologiques.  et une vidéo pour commencer

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères.

Des élèves qui réussissent, ce sont des profs qui apprennent.

Conduire le changement en éducation, les voies néo-zed.

 

 

Précautions méthodologiques

Ce ne sera ni  un récit d’aventures picaresques, ni un guide touristique. Mais une peinture en touches pointillistes sur l’éducation, la formation et le changement,  réalisée  à l’occasion d’une mission de 15 jours, en collaboration avec l’Ambassade de France à Wellington, et l’organisation d’un séminaire d’immersion destiné aux professeurs de français en NZ consacré à l’innovation et à la créativité[1], à l’initiative de Ruth Bourchier, « national advisor in french », ma correspondante en NZ, que j’avais déjà rencontrée à Paris il y a déjà quelques années.

Ce sont des notes de voyages à la découverte d’un système d’éducation,  au moment même où nous explicitons nos propres interrogations sur les évolutions et prospectives sur la conduite du changement, que cela s’appelle ou non « innovation ».

Le regard se veut à la fois interrogatif et intéressé sur une organisation forcément spécifique et particulière (oui, c’est un petit pays, neuf, austral etc..) , mais aussi, une sélection forcément subjective pour tout ce qui peut nous mettre en alerte intellectuelle et professionnelle dans les chantiers à venir pour notre propre organisation scolaire.  Nous ne pourrons pas « innover » sans avoir pris le temps ensemble de faire l’inventaire expert et collectif des pratiques et des organisations.  Nos amis néo-zéd. sont donc bien plus proches que nous n’osons le penser.

Juste « « l’autre bout du monde », quelque éléments pour (re)trouver ses repères

Encore un « nouveau monde »

Vous pouvez encore découvrir dans un étonnement d’enfant la silhouette d’un volcan, identique à celle que vous n’osiez plus imaginer ; un cône parfait et enneigé, loin de tout et pourtant si proche ; c’est aussi cela la Nouvelle-Zélande, deux grandes iles nées et encore très vivantes (le séisme de Christchurch de décembre dernier nous le rappelle) de la rencontre des forces tectoniques profondes et telluriques de l’Océan qu’on dirait faussement pacifique.

www.mtruapehu.com; je suis allé dans la montagne et j’ai vu, j’ai descendu, j’ai su….

Cette nature géo-morphologique a une incidence sur les modes de vie ; tout est en construction souple, en bois, peu, très peu de choses en construction durable et ancienne ; les centres villes par exemple sont constituées d’une grande rue (pas une avenue), cernée de part et d’autre part des façades de magasins, en briques, les trottoirs sont couverts (pour protéger de la pluie, non du soleil) ; nous ne sommes pas très loin des villes du Far West américain, tendance 1900 ;

Ce pays reste un pays jeune dans son histoire (officielle), mais aussi à l’écoute des différentes facettes de sa terre : pour un Européen, on y retrouve beaucoup de repères, sans doute fallacieux, et donc de dangers en même temps ; tout est plus grand, plus acéré, plus jeune. Ce contexte, sans être « naturaliste » dans l’âme, est sans doute favorable pour envisager les choses d’une autre manière que par les statuts, les règlements et les devoirs.

En tout cas, il existe des traditions aussi sûres que le pays reste jeune pour une vieille Europe.  Celle des pionniers et de leur débrouillardise, on dit là-bas : « number 8 wire »

Number 8 wire est une unité de mesure anglaise entrée dans le lexique culturel de la NZ. Equivalent du fil de 4.0 mm de section dans le système métrique, cela a été le fil de fer le plus utilisé dans le développement de l’élevage et des clôtures.

Dans un registre plus symbolique, Number 8 est employé pour désigner le « kiwi bloke », c’est-à-dire quelqu’un capable de tout faire avec ses mains. Le Museum Waikato[2], à Cambridge, a lancé depuis quelques années un concours de création contemporaine autour du Number 8[3]

Certes, tout ce qui sera écrit ici est donc spécifique d’un pays modeste par sa population de 4 millions d’habitants ;jeunes, de culture mixée, comme l’est la Finlande par ailleurs (Paul Robert nous a aidé à la décrypter). Mais toute spécificité n’interdit pas de mieux connaitre, d’étudier en conscience la validité et la cohérence d’un système. A nous de transposer[4]

 

Une société mixée qui retrouve ses racines

A l’occasion de la Coupe du Monde de Rugby en septembre 2011, une série d’articles et de reportages donnera quelques éclairages sur ce pays du rugby, sans doute à l’excès, ou encore à la caricature ; les réalités sont toujours plus nuancées ;

Voir les quatre reportages de France 2 (Un œil sur la planète, 13 juin 2011) sur http://oeil-sur-la-planete.france2.fr/?page=emissions&id_rubrique=59

  Rugby : les valeurs d’un pays ?En Nouvelle Zélande, le rugby est enseigné à l’école. Et ce n’est pas un hasard. Ce sport incarne à merveille les valeurs chères au pays. Le courage, l’intégrité, la persévérance, la modestie et la passion. A trois mois de la coupe du monde, nous verrons pourquoi les All Blacks sont l’espoir et la fierté de tout un peuple.
  Fier de ses racines ?En Nouvelle Zélande, pas de débat sur l’identité nationale, parce qu’elle est multiple. Le pays affiche fièrement ses racines maories. Les tribus sont intégrées à la vie politique et économique. Un modèle multiculturel célébré par les Nations unies. Mais les Maoris cumulent encore tous les maux du pays.
  Le bonheur est dans le pré ?La Nouvelle Zélande a aussi banni toutes subventions à ses paysans. Aujourd’hui, l’agriculture néo-zélandaise pète le feu et ses exportations inondent le marché mondial. Comment est-ce possible ? Pourquoi ça marche ? Une expérience kiwi aux antipodes des pratiques européennes.
  100% pur ?Grande comme le Japon et soumise elle aussi aux tremblements de terre, la Nouvelle Zélande a banni le nucléaire de son territoire. Les 3/4 de son électricité proviennent désormais d’énergies renouvelables. Le développement durable est devenu le credo et le moteur économique d’un pays qui se veut 100% pur.

 

Depuis le Traité de Waitangii[5] de 1840, les choses ont changé, dans l’affichage officiel comme dans l’ambiance et les rapports entre les personnes. J’ai été frappé de l’omni-présence des devises, slogans ou exergues maoris, comme élément fondateur culturel et politique ; nous sommes très loin des effets de mode ; la scansion maori par les « Pakeha » (les blancs) a changé ; les pratiques langagières sont tout à fait symptomatiques que quelque chose de profond s’est déplacé.

Dans l’espace d’une simple classe de collège, ni plus brillant, ni plus en difficulté que cela, dans l’Ile du Nord, j’ai trouvé cette affichette ; plastifiée : elle met en exergue la « représentation du monde » par la culture maori ; mais adoptée par l’Ecole en Nouvelle-Zélande, nous le verrons plus loin :

He aha te mea nui o te ao ? He tangata, he tangata, he tangata

(Quelle est  la chose la plus importante au monde ? Ce sont les personnes, les gens, le peuple)

 

Un état très présent dans un monde anglo-saxon libéral avancé

Je n’oserais me lancer sur un tableau socio-économique de la NZ ; que vous pouvez trouver abondamment en ligne par ailleurs[6]. J’envisagerai la chose du point de vue de la gouvernance dans le domaine de l’éducation, avec l’éclairage expert d’Helen Timperley (professeur à l’université d’Auckland) :

Avant 1989, le système d’éducation en NZ était étonnamment très « français » :   centralisé, bureaucratique et cloisonné. Un Ministère de l’Education donnait des instructions accompagnées et contrôlées par l’inspection dans des écoles et établissements en grande majorité publics. Les résultats scolaires pouvaient être très honorables pour une partie de la population, mais subsistait des zones de difficulté scolaire, ou des élèves en situation délicate, et souvent des élèves maoris.

En 1989, le Parlement a voté l’Education Act qui bouleverse l’organisation. Vingt ans de changement continu et de recherche en « développement professionnel » ont fait du système néo-zéd un système performant[7].

Quelques repères dans l’éducation :

  •  Des orientations du ministère mais des établissements scolaires autonomes dirigés par des conseils de gouvernance
  • Un niveau élevé dans l’autonomie scolaire ; les établissements sont responsables de la plupart des opérations (curriculum, formation, recrutement, évaluation)
  • La plupart des établissements sont des établissements d’Etat non religieux
  •  Une régulation nationale : Des obligations  dans le cadre d’un ensemble de régulations assez souples comprenant un curriculum national (NZC)
  • –        Des compétences-clé (c.à.d. penser, se diriger, entrer en relation avec les autres)
  • –        Des domaines d’apprentissage (c.à.d. Anglais, Mathématiques)
  • Des obligations contrôlées par une autorité indépendante (ERO)
  •   Le « développement professionnel » des enseignants :    On attend des établissements qu’ils offrent un développement professionnel aux enseignants    Le développement professionnel est financé à l’échelon national pour la litératie, la numératie, l’évaluation et les technologies de l’information et de la communication     La participation se fait sur une base volontaire .  Un nombre croissant de ressources pour les enseignants c.à.d. guides, sites web.    Aucune exigence pour enseigner d’une manière particulière

 

UN PORTAIL POUR DES CONTACTS FRUCTUEUX ENTRE ELEVES

Un portail des élèves en NZ pour des échanges en français et …. plus http://lewikikiwi.wikispaces.com/

(la suite demain)


[1] Cela donnera l’occasion d’un écrit en écriture dynamique sur les principes et les réalités de l’UNCONFERENCE, mis en place pour la circonstance.

[4] Il faudra pardonner la qualité de la traduction des textes ; nous préférons donner une version littérale et peu littéraire pour l’instant,, d’autant que certains concepts sont difficilement traduisibles, comme par exemple celui, central, de « learning » ou encore de « review ».