Géo-gra-phie… Quoi ?

Un nouveau mot ?

La semaine dernière à l’école, avec mes élèves, on travaillait le son f (graphie f et ph)…
Je leur faisais lire des mots avec [f] et le mot géographie les a fait rire… Un premier élève puis un deuxième juste après. J’ai demandé pourquoi : qu’est ce que ce mot a-t-il de drôle ? Pas d’explication.

geographie

Certes mes élèves ont des troubles du développement et apprennent à lire plus lentement que les autres, mais justement ils ont parfois peu de filtres alors j’ai insisté un peu. L’un d’eux m’a répondu : ça existe ce mot ? Pourtant c’est bien la première fois que cet élève ne connaît pas un mot : son vocabulaire est foisonnant.

Détour par l’histoire

Bon, reprenons, comment faire pour leur expliquer la géographie sans les déconcentrer trop de notre fameux son [f]. D’abord faire un parallèle avec l’histoire : oui c’est une vision duelle – on peut être contre ; ne pas la trouver assez explicite, trop dans la comparaison, trop simpliste, etc. Mais des élèves de 7 à 11 ans qui ne semblent pas même connaître le terme… Bon l’histoire, c’est quoi ? « c’est le passé, les hommes avant nous, comment ils ont évolué, occupé le territoire, se sont développés… » La géographie, c’est nous maintenant. Comment est l’espace qu’on vit. Quels choix on fait pour organiser l’espace où l’on vit.
Passée cette brève explication, la situation m’a tout de même interpellée. Les élèves connaissent le mot histoire et ce qu’on entend par là, certes avec plus ou moins d’exactitude et de justesse, mais ils ont conscience de cette notion et du concept. La géographie c’est vraiment une autre histoire. Pourquoi ? Terme polysémique ? Terme qui renvoie peu au concret ?

Géographie des fourmis

J’ai ouvert nos dictionnaires d’enfants : dans certains le terme n’apparaît pas…
Ce constat en classe est une excellente opportunité pour reparler géographie… Comment ?
Pour appréhender ce concept en classe, j’ai choisi de repartir de notre nid de fourmis. Nous avons construit un nid de fourmis en classe. Il était grand mais il a trop pris l’humidité, certaines parties moisissaient alors on s’est dit que ce ne devait pas être très bon pour nos fourmis. On a changé d’aménagement : un nid un peu plus petit, avec seulement une partie immergée pour tempérer l’humidité… Voici notre point de départ du travail sur la notion de « géographie ». Après, il faudra changer d’échelle… Comment ?
J’y pense encore. Vous avez des idées ?

 

Une chronique de Sophie Dupré

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *