J’organise une classe de découverte !

C’est décidé !

Chers lecteurs,

La belle saison étant de retour, c’est l’occasion pour moi de vous faire un topo sur l’organisation d’une classe de découverte à l’école élémentaire.

classe-decouverte

Il y a deux ans, j’ai eu la chance de partir en classe de mer dans le Var avec mes élèves. Et étant passée par là, je vais tenter de récapituler les différentes étapes en amont de ce fabuleux projet.

Les BONNES questions tu te poseras :

Comme chaque matin, tu débarques en « salle des maîtres » et là tu découvres un stock de brochures présentant toutes les structures de France et de Navarre susceptibles d’accueillir ta classe pour des séjours de rêve !!! Tu regardes un peu les photos et tu t’extasies quelques secondes sur les mines réjouies de tous ces petits bambins s’adonnant à de merveilleuses activités : kayak, ski, voile, équitation… Le temps d’une minute, tu imagines que ces élèves, ce sont les tiens, et tu t’autorises à rêver… mais retour à la réalité !

Les brochures sont toujours très alléchantes, mais avant de se lancer là-dedans, il faut se poser les BONNES questions, car NON la classe de découverte n’est pas synonyme de vacances !

  • Est-ce que j’ai le bon profil de classe ? Il faut savoir que nous n’avons pas le droit de partir en classe de découverte, si plus de 5 % de la classe ne vient pas. Donc attention aux élèves perturbateurs… si vous comptiez laisser Kévin, Rayan et sa bande, ça se présente mal ! D’autre part, il faut s’imaginer pouvoir rester plusieurs jours H24 avec ses élèves. Donc mieux vaut avoir une classe sympa.
  • Comment je vais pouvoir insérer ce voyage dans le projet de classe ? Il vaut mieux que le thème du séjour soit en lien avec les programmes…
  • Suis-je prêt(e) à laisser ma famille plusieurs jours ? Il faut y penser car une fois sur place c’est du 100 %. Pas question de voir vos enfants, vos conjoints, ni de passer trop de temps au téléphone.

Si tu as répondu « Oui » à au moins deux de ces questions, tu peux lire la suite ! 😉

Le projet du budgéteras :

Evidemment tout cela a un coût et selon les organismes il peut être considérable ! J’ai eu la chance de partir pour un séjour sponsorisé par ma ville, du coup la mairie a pris en charge une grosse partie des dépenses. Mais attention, les places sont limitées. Je vous conseille donc de choisir les séjours les plus économiques : proches de l’école (200 km maxi), sachant que les classes de neige, les séjours à l’étranger et les activités type « équitation » sont de loin les plus onéreux. Mais avant de se lancer là-dedans, faire le calcul du coût de revient par famille, sans oublier le transport en car qui fait vite monter la note !

Des aides tu dénicheras :

Avant d’annoncer le projet aux familles, il faut avoir une vague idée de ce que tu pourras faire pour tenter de faire baisser l’addition. Toujours garder en tête que le coût du séjour est la première cause de refus. Donc autant faire de son mieux pour alléger les familles. Voici quelques idées :

  • Vente de cartes postales et d’objets divers fabriqués par les enfants ;
  • Demande d’aide auprès de la Caisse des écoles ;
  • Organisation d’un vide grenier ;
  • Choix d’une structure acceptant le règlement en chèques vacances (délivrés par la CAF) ;
  • Proposer d’emblée le paiement en plusieurs fois.

Un sondage tu organiseras :

Avant de passer à la suite des réjouissances (mode ironie activé), il faut maintenant savoir si les familles sont partantes sur le principe. Pour ma part, j’ai organisé un petit sondage sur le modèle suivant : « Seriez-vous d’accord que votre enfant participe à une classe de découverte, une semaine au mois de juin sur le thème mer et environnement ? Si une majorité de OUI l’emporte, une réunion d’information sera organisée durant laquelle nous évoquerons le projet, les aspects financiers etc. »

Si tu obtiens une majorité de OUI, tu peux passer à l’étape suivante. Sinon, arrête-toi là car inutile de faire les démarches très fastidieuses si les parents n’adhèrent pas.

Une réunion d’information en béton armé tu feras :

Il faudra donc convier tous les parents à un horaire choisi de façon à ce que tout le monde ou presque puisse venir (évitez le 16 h 30 pétantes !). La réunion doit être préparée sérieusement car les parents vont avoir beaucoup de questions et c’est là qu’il va falloir les rassurer pour ne pas rater le coche ! Quelques astuces :

  • Préparer un diaporama avec des photos de la structure d’accueil ;
  • Faire un ordre du jour : présentation de la structure, du lieu, des activités, taux d’encadrement, aspects pratiques, aspect financier etc. ;
  • Permettre aux parents de poser toutes les questions qu’ils veulent à la fin. Mais voici quelques questions auxquelles vous pouvez vous attendre (mieux vaut anticiper) : « pourra-t-on appeler nos enfants ? Sont-ils avec les copains dans les chambres ?  Quid de l’argent de poche ? Quid des parents accompagnateurs ? »

Surtout montrer que vous être maître de la situation, que vous disposez des diplômes des animateurs et autres moniteurs, que vous avez vu la structure ou que vous la connaissez de réputation.

Le dossier pour ta hiérarchie tu monteras :

Il est temps de demander l’autorisation de partir à l’Inspecteur d’Académie, par voie hiérarchique. Le dossier se fait en 3 exemplaires, le formulaire est à récupérer sur internet le plus souvent. Il faut fournir :

  • Une fiche de transport récapitulant TOUS les trajets qui seront effectués durant le séjour, avec le nom des chauffeurs, leur numéro de permis, l’immatriculation des cars…Un vrai cauchemar !
  • Une fiche générale sur la structure
  • Les diplômes des animateurs
  • Le taux d’encadrement
  • Le planning du séjour
  • Le projet pédagogique

Franchement, même si on sait que c’est pour se couvrir en termes de sécurité, ce dossier est très indigeste mais il est essentiel de le faire sérieusement pour avoir le précieux sésame.

Le séjour avec tes élèves tu prépareras :

Nous n’avons pas beaucoup parlé des élèves mais il faut dire qu’ils ne sont pas à convaincre ! Néanmoins, quelques-uns pourront se montrer inquiets, surtout si c’est la première fois qu’ils quittent leur famille. Il faudra donc dédramatiser le départ, les rassurer et encourager la prise de parole pour qu’ils puissent verbaliser leurs angoisses. Pourquoi ne pas demander à d’autres élèves de venir témoigner sur une classe de découverte vécue quelques années auparavant ? Concernant les chambrées, demander à chaque élève de mettre 3 noms de camarades avec qui il aimerait bien être. Mais ne faire ça qu’un mois avant le départ car à ces âges-là, les amitiés sont très fluctuantes !!

Et bien sûr, montrer aux élèves l’endroit où ils seront, parler de toutes les activités et commencer à les travailler en classe.

Le trousseau tu finaliseras :

Une deuxième réunion avec les parents doit être prévue 3 semaines avant le départ pour finaliser le trousseau et répondre aux questions de dernière minute : « Est-ce que Lili peut prendre du maquillage ? », « Quelle tenue pour la boum du dernier jour ? », « Mathys peut amener son doudou ours de 10 mètres de haut ? » Attends-toi à tout et tu ne t’étonneras de rien.

Psychologiquement tu te prépareras :

Et te voilà à un mois du départ, à devoir contenir l’excitation de tes élèves ! Certes, tu vas devoir vivre avec eux pendant 7 jours, peut-être devras-tu faire face à des moments difficiles (vomi dans le car ? pleurs le soir ? peur sur le bateau ?) mais une chose est sûre, de grandes joies et de merveilleux souvenirs seront au rendez-vous !

Une chronique de Céline P

Commentaires

commentaires

2 commentaires

  • DAVAL jacques dit :

    Bonjour Céline,

    Merci pour ta chronique. C’est très bien écrit, c’est simple, c’est pratique, c’est super.
    Instit à la retraite ( 39 ans de passion ) j’ai vécu :<>

    Un instit que je connais très bien, organise, pour ses élèves une sortie banale.
    Il a tout préparé comme il faut. Autorisation écrite des parents….
    Le directeur de l’école: monsieur Colson, un ami qui pratique FREINET commande à la mairie D’Aix un car de 35 personnes pour cette sortie vraiment très, très banale. Trop banale, hélas.

    Les enfants, l’instit les parents accompagnateurs montent dans le car, heureux et excités de sortir de l’école.
    Jusque là, tout va bien sauf qu’au passage à niveau au lieu dit: LA CALADE, le car cale, redémarre péniblement car les pneus sont lisses, le train arrive et percute le car.
    Plusieurs enfants et un ou deux parents tués.
    5 colonnes dans les journaux.
    C’est plus sensationnel qu’un AIR BUS qui s’écrase en mer.

    Tout ce qui touche les enfants, c’est une bonne aubaine pour les journalistes qui cherchent le dramatique. Comme pour Charlie Hebdo, les ventes s’envolent.
    Tout le monde écrit sur les murs: <>

    ENQUÊTE

    Il faut trouver un COUPABLE.
    Qui est le maillon faible?

    Mon ami Colson en temps que directeur, a été très embêté par la JUSTICE. Il aurait du vérifier le permis de conduite du chauffeur. Savoir, si ce matin là il avait bu un peu trop. Il avait sans doute fumé un p’tit joint…. Il aurait du s’apercevoir que les pneus du car étaient lisses et refuser aux enfants et aux adultes de monter dans le car.

    Du grand n’importe quoi.

    Après enquête, procès… on s’est aperçu que le chauffeur du car qui allait être licencié, développait une tendance suicidaire. Les Assurances ont eu leur mot à dire, car qui dit MORTS dit indemnités. Les GROS SOUS entrent dans cette valse macabre et là, bonjour les dégâts.
    Je n’ai pas suivi la fin de l’affaire. J’ai été écœuré par ce drame, et j’ai vomi.
    Je suis devenu un peu moins passionné et inconscient comme Céline.

    L’inspecteur D’académie et l’I.E.N ont eu une attitude très courageuse: ils ont interdit, un certain temps ,TOUTES les sorties.
    Ben oui, c’est vrai, quoi. Quelle idée de vouloir sortir de l’école. On est bien entre 4 murs à écouter les sornettes de l’autre clown, au tableau noir, qui essaie de vous faire croire que ce qu’il dit est essentiel.
    L’école, c’est pas le Club Med.

    Céline,vous inciter les profs à organiser une classe verte, c’est bien. Vous avez raison.

    Vous êtes jeune dans la boutique, passionnée et encore inconsciente.

    Mais, si je pouvais, j’aimerais porter plainte contre vous pour<>

    Vous seriez condamnée , emprisonnée et moi, un peu amoureux de vous, car je vous aime bien, je vous apporterais tous les jours, des bananes, des mandarines, des clémentines.. des fleurs des champs.et quelque paquets de copies à corriger.
    Et j’attendrais, comme un chien fidèle, votre sortie de prison pour vous emmener sur mon nuage assister de la haut à une classe de neige dans le Sahara.

    Céline, je vous AIME.

  • Carole dit :

    Ah, la classe découverte, une grosse organisation pour les enseignants, mais cela vaut le coup quand on voit l’excitation des enfants 🙂
    Le sondage avant le début de la constitution du dossier est une idée que j’ai appliquée sur le tard, mais qui évite la déception lorsque le projet nous tient déjà à coeur, qu’on s’y investit avant de se rendre compte qu’il n’y a pas assez de parents partants (souvent pour des questions financières). Pour tout ce qui concerne les trousseau, il y a déjà des listes d’affaires à emporter toutes faites qui font gagner du temps, et qui permettent de se concentrer sur autre chose. Je me sers beaucoup des fiches du site http://keezam.fr/ pour ça.

    @jacques : ce genre d’accident est malheureusement tragique, mais il ne faut pas s’arrêter de vivre pour autant… Restez-vous enfermé chez vous parce qu’il est possible qu’une voiture vous renverse ? Ce n’est pas de l’inconscience que de permettre aux enfants de découvrir autre chose le temps d’une semaine. Il faut simplement être rigoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *