Monsieur Vidéoprojecteur

Première rencontre

On peut conduire durant des années une voiture essence sans clim, aux vitres à commande manuelle sans vraiment en souffrir… Jusqu’au jour où… On découvre la diesel climatisée, aux sièges chauffants et commande électrique voire même boîte 6 vitesses… Et là ? Pas question de revenir en arrière ! Le constat « d’être passé à côté de quelque chose d’extraordinaire » durant des années vous met en rage contre vous-même et vous jurez, tel un corbeau, un peu tard, qu’on ne vous y prendra plus !

videoprojecteur

C’est exactement ce qui m’est arrivé lors de ma rencontre avec Monsieur Vidéoprojecteur.

Non pas que nous n’étions pas faits l’un pour l’autre mais plutôt que nous n’avions pas encore eu le plaisir de nous croiser sur le même chemin de l’école.

Alors que, depuis des années, je m’exerçais à enseigner dans de grandes écoles de ville, je ne me doutais pas que notre rencontre se ferait à quelques kilomètres de là, dans une école de village où tout semblait pourtant dire que la technologie n’avait pas su s’installer, comme si le temps technologique avait suspendu son vol au milieu des champs, des vaches, des cloches de l’église et des petites classes…

Et pourtant… il était là… blanc, silencieux, statique et majestueux, installé au milieu de ma classe, certes, à l’évidence, dans une situation d’inconfort puisque suspendu au plafond par un pied : Monsieur Vidéoprojecteur. J’étais timide et tout à la fois impatiente, telle une enfant qui découvre une nouvelle attraction, et l’idée de pouvoir enfin l’allumer me donnait des étoiles dans les yeux.

Pourquoi nous nous sommes plu ? Pourquoi devrait-il vous plaire ?

Vous avez les idées, il a la lumière.

Vous avez l’envie, il est attractif.

Il ouvre l’accès au monde, et… vous avez internet !

Il ne faut que peu de temps pour se mettre à l’aise avec Monsieur Vidéoprojecteur. Quelques réglages de base à faire avant sa première utilisation face à un public élève impatient et voilà que rapidement le vidéoprojecteur n’a plus de secrets pour vous : il vous ouvre les portes du monde et vous offre une fenêtre d’air pur dans vos apprentissages.

Vous pensez que j’exagère ? J’argumente alors…

1. L’image et le son

Si vous pouvez assurer une belle pénombre dans votre classe, alors le vidéoprojecteur permet de simuler une séance cinématographique. Et, vous le savez, les élèves adorent !

Alors, stores, écran blanc, silence… ça tourne.

 

Quant au son, n’avez-vous jamais galéré à tenter de régler tel ou tel appareil sonore qui offrait une bonne écoute aux quelques élèves « bien placés » juste devant ? En plus de libérer l’image, le vidéoprojecteur diffuse le son de son boîtier, c’est-à-dire du haut de la classe vers le bas, au centre de la pièce. Ce qui est drôlement appréciable pour l’ensemble des élèves. De plus, vous pouvez régler l’intensité sonore à l’aide d’une commande à distance. Tranquille.

2. Le partage d’informations

Grâce au vidéoprojecteur, vous pouvez partager des documents d’une nature bien différente de ceux que vous partagez sur photocopie ou dans les livres. Non sans pour autant les remplacer, cela les complète richement ! De plus, vous vous approchez davantage de l’univers médiatique ou virtuel que connaissent nos élèves aujourd’hui et qui les séduisent sans mal.

  • Les vidéos : de nombreux sujets sont diffusés en vidéo depuis Youtube, Dailymotion…
  • Les cartes : étudier des cartes du monde à partir d’une image grand format en couleur et surtout prendre la conscience du monde dans l’univers grâce à Google Earth !
  • Les documents de toutes natures : photographies, textes…
  • Les œuvres d’art : projeter l’œuvre qui sera étudiée puis servira d’inspiration en classe.

Mes favoris  <3 :

De plus, le vidéoprojecteur permet une liberté de mouvement lors d’une correction collective avec l’alternance des images et des élèves acteurs de la correction, ce qui évite l’ennui d’un face à face frontal parfois brutal.

3. La production immédiate

Un des avantages aussi du vidéoprojecteur est de permettre une liberté créative spontanée.

Les élèves débattent, vous prenez note de leurs idées directement sur un document Word projeté au tableau. Ainsi ils s’efforcent de faire de belles phrases et relisent leurs idées sans même se rendre compte de l’effort de lecture qu’ils sont en train de faire (cycle 2).

La mémoire du groupe est alors sauvegardée et pourra être exploitée ou réexploitée sous n’importe quelle autre forme.

Par ailleurs, vous vous trouvez confronté à une question collective, à un « blocage » quelconque… Vous avez le choix maintenant : ouvrir l’encyclopédie ou le dictionnaire, et, ce faisant, limiter l’accès à la recherche à une seule personne ou brancher internet et allumer le vidéoprojecteur pour « chercher ensemble » sur le moteur de recherche…

Bel exemple pour les élèves : leur apprendre à s’ouvrir à leur curiosité, à chercher réponse à leurs blocages, le tout dans une prudence et un recul nécessaire face au monde virtuel et à ce qu’il véhicule.

4. La communication directe

La projection collective peut aussi être extraordinaire dans l’idée d’une correspondance ou d’un entretien/interview avec quelqu’un qui ne peut pas directement se déplacer.

Skype offre une communication en « direct live » avec des personnes inconnues même à l’autre bout du monde !! Pourquoi pas ? Cela me tente d’essayer cette idée folle un de ces quatre… 😉

5. La prévention et la discussion

Le vidéoprojecteur permettant au groupe classe d’accéder librement et directement au monde d’internet, il est donc aussi très important de travailler sur la véracité des informations lues ou obtenues, sur l’importance de vérifier les sources et de prendre du recul face aux manipulations visuelles (pour « faire le buzz »).

Face à notre jeune public encore fragile, nous devons rester vigilants pour que l’image ne pervertisse ni leur construction personnelle ni leur connaissance du monde extérieur.

 

Faites le grand plongeon !

Si vous ne connaissez pas encore le vidéoprojecteur et qu’on vous propose d’en obtenir un, même si vous vous sentez prêt à partir à l’assaut de ce rêve d’enseignant moderne du XXIe siècle, je vous souhaite alors une aventure joyeuse avec Monsieur Vidéoprojecteur et beaucoup d’enfants… heureux d’apprendre !

 

Une chronique de Claire Maurage

Commentaires

commentaires

2 commentaires

  • Define dit :

    En effet, cela fait partie des arguments qui me font hésiter à participer au mouvement… Équipée depuis 2 ans en classe de Cp, j’avoue que ce confort n’est absolument pas négligeable! Il aide mes petits élèves au quotidien dans le repérage sur la page…et rien que ça, c’est déjà énorme !!
    Alors me dire qu’en changeant d’école je risque de le perdre…ça me fait sacrément réfléchir!!! On se demande d’ailleurs comment on travaillait avant , sans!!

  • Magmag dit :

    Mince ! Je découvre qu’on peut avoir le son ? J’utilise un vidéo projecteur depuis plusieurs années déjà, mais je me débats avec des hauts parleurs récalcitrants. … mais est ce que tout les modèles sont équipés de baffes ? Pas sûr quand même, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *