Un peu d’aide pour un devoir maison ?

Avis à tous !

Collègues enseignants, agents, administrateurs, élèves aussi ! Madame V.-B., ma prof de maths, nous a donné un problème à résoudre comme devoir maison, mais je galère grave. Enfin, au tout début, je croyais comprendre, je pensais même y arriver.

probleme-maths

D’accord, cela fait un certain temps qu’on planche dessus, l’année dernière, j’ai cru y passer l’année. Mais il est à rendre pour hier à présent et ça urge. Le souci, c’est que tout est devenu flou, comme si les difficultés s’ajoutaient sur ma copie, sans que personne n’y touche (Harry Potter, sors de ce corps).

L’énoncé du problème

« Soit un enseignant A… » Appelons-la Madame V.

Donc : « Soit Madame V., qui doit pouvoir pratiquer une pédagogie à la fois attractive et ludique, favorable à la mise en place de projets, numérique au possible, mais aussi différenciée, bienveillante, laïque, responsable, non discriminante, dans un cadre serein, calme si possible, de préférence de manière transversale, avec adaptabilité aux besoins spécifiques de chaque élève, développant la cohésion d’effectifs hétérogènes et mixtes ainsi que les interactions sociales par le travail en îlots, favorisant la communication avec ses pairs ainsi que les familles des élèves des 4 niveaux dont elle a la charge, qui prend en compte les liens entre les cycles et les cycles eux-mêmes, qui distingue aussi l’évaluation de la notation, respecte les programmes en vigueur et les liens qu’ils supposent avec d’autres matières, qui laisse une part non négligeable à la remédiation et à l’accompagnement personnalisé, participe au recul de la peur de l’erreur, ménage les sensibilités de chacun, développe un esprit citoyen, prévient toute forme de harcèlement ou de violence scolaire… » Bref, sans faire le tour de la question…

« Soit Madame V. qui doit pouvoir pratiquer la pédagogie sus-citée, j’en passe et des meilleures, comment pourrait-elle la pratiquer efficacement en prenant en compte les éléments variables suivants ?

– Mme V. aura à la rentrée prochaine 29-30 élèves par classe sur les 4 niveaux que compose le collège. Or, Mme V. est pourvue d’une paire d’yeux pour relire, une paire de mains pour corriger ou annoter, une seule bouche pour donner conseils ou encouragements ; qu’elle emploie aussi assez souvent pour dire « chut » !

– Mme V. n’a que 24 heures dans la journée et certaines journées elle fait cours. Il ne lui reste « que » 17 à 20 heures pour préparer les cours qui correspondront aux exigences pédagogiques, évaluer (et non corriger) les X paquets de copies de chaque classe comportant 29-30 élèves, s’entretenir avec les familles des 29-30 élèves (fois 4), répondre aux mails administratifs, se rendre aux E.S.S., aux commissions éducatives et aux réunions syndicales…

– Mme V. a en moyenne trois élèves à besoins particuliers par classe pour lesquels des adaptations s’imposent : agrandissements, tiers-temps, remédiation, tutorat, présence d’une A.V.S. Mais comme le sujet vous le rappelle, elle a aussi 29-30 élèves par classe, et un seul exemplaire d’elle-même. Mme V. a aussi des élèves dont les troubles dépassent le cadre de l’enseignement et à propos desquels elle n’a que très peu de connaissances, et pas de moyens.

– Mme V. doit faire de l’accompagnement personnalisé – en classe entière – et « personnaliser » ou « accompagner » (au choix) 29 à 30 élèves en même temps…

Alors, quelqu’un a une idée ? 😉

En définitive, et plus simplement, je me demande comment, à l’heure où les exigences envers nos pédagogies sont grandes – et c’est tout naturel au vu de l’évolution de notre société – comment, disais-je, on peut encore croire que l’effectif par classe n’est pas une variable dans la réussite ou l’échec de notre entreprise avec nos élèves.

Non, au collège, on ne travaille pas à 20 comme à 30. Non, on n’enseigne pas à 20 comme à 30. Et bien sûr que ce n’est pas l’unique « problème », mais ce n’est de toute évidence pas l’objet d’une quelconque réforme (et c’est là qu’il y a un problème). Certaines variables devraient faire l’objet de variations dans ce sacré devoir maison. Mais pourquoi ne pas tenter de faire baisser la valeur, pour une fois ?

Un autre devoir pour vous, et après je vous laisse tranquilles :

« Au collège, la salle de classe de Mme V. est pourvue de 30 chaises. À combien d’élèves Mme V. est-elle censée enseigner pour avoir des conditions optimales et remplir ainsi le cahier des charges ? »

Une chronique de Marine Vendrisse

Commentaires

commentaires

1 commentaire

  • Xyz et Py dit :

    Dans votre énoncé, dynamique et agréable à lire (vous avez une jolie plume), vous mélangez sujet et methode. La moitié au moins de votre énoncé est constitué, non de la description de la situation, mais d’une sévère critique implicite ou explicite de la méthode que vous supposez vous être imposée.
    Il est important de sérier les problèmes pour pouvoir les traiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *