Une suite de Bach

De la suite dans les idées…

Mes élèves de terminale DT (diplôme de technicien) viennent de rentrer au lycée après 4 semaines de stage.

Avant leur départ, nous avions réfléchi ensemble à la notion de suite, ce que ce mot leur évoquait : la suite des lettres de l’alphabet, la suite des nombres entiers, la suite d’un livre, une suite parentale dans un hôtel, la suite dans un jeu de cartes… Et comme une de mes élèves joue du piano, elle a pensé à une suite de Bach. Ça tombait bien, mon PowerPoint laissait entendre un extrait de cette suite !

suite-lapins

 

Cela nous a permis d’aborder le cours sur les suites numériques et quelques suites célèbres :

  • La suite de Fibonacci, transposée sur la reproduction d’un couple de lapins. Vous connaissez ?
  • Ou encore la suite de Conway, dont chaque terme se détermine en énonçant le nombre et le nom des chiffres formant le terme précédent : par exemple, si je prends le 4e terme 1211, j’ai UN « 1 », UN « 2 » et DEUX « 1 », cela me donne le 5e terme : 111221 !
  • Et puis, je leur ai aussi présenté la suite de Syracuse : pour construire cette suite, on choisit un nombre entier plus grand que zéro ; s’il est pair, on le divise par 2 ; s’il est impair, on le multiplie par 3 et on ajoute 1.

Ces découvertes les ont bien amusés !

Retour en musique

À leur retour de stage, il fallait reprendre contact pour deux jours de cours avant les vacances, et il fallait donc les « raccrocher » à un retour sur les bancs du lycée, après ces 4 semaines en entreprise, où ils étaient considérés comme des professionnels.

Je ne sais pas si c’est pareil pour vous, chers collègues, mais ce n’est pas toujours simple, ces retours de stage… Les jeunes redeviennent en effet des élèves, dont on attend un travail scolaire, un comportement de lycéen, et ils passent d’un travail actif (ils ont réalisé des prothèses, travaillé en entreprise, vu des patients…) à un travail plus « statique », de réflexion sur des problèmes centrés sur leur prochain examen de fin d’année.

J’ai donc décidé de les recevoir, avec en fond musical la suite n°1 de Bach, qui jouait en boucle en sourdine. Après un instant de surprise, mes élèves ont pu retrouver le fil du chapitre que nous avions entamé avant leur départ, et nous avons abordé en musique le cours sur les suites arithmétiques.

Certains étaient un peu perturbés par la musique, mais dans l’ensemble, ils ont vraiment apprécié et ont mieux travaillé que jamais, avec beaucoup moins de bavardages qu’à l’accoutumée. Les plus perturbés au départ étaient justement les plus bavards, puis finalement, j’en ai entendu plusieurs fredonner pendant qu’ils faisaient leurs exercices !

Les maths en musique, une expérience que je renouvellerai et que que vous pourriez tenter, vous aussi !

Une chronique de Marine Cat

Commentaires

commentaires

2 commentaires

  • MARINE CATTAN MARINE CATTAN dit :

    Merci de vos commentaires.
    Pour JY :
    4e terme 1211, j’ai UN « 1 », UN « 2 » et DEUX « 1 », cela me donne le 5e terme : 111221
    en effet : UN « 1 » => 11 ; UN « 2 » => 12 ; DEUX « 1 » => 21
    D’où 111221 (5ème terme).
    Et 6ème :
    312211 (TROIS « 1 », DEUX « 2 » et UN « 1 » composent le 5ème terme : 111221)
    Marine Cat

  • MARINE CATTAN MARINE CATTAN dit :

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *