Les pigeons ne font plus de fautes en dictée

Les pigeons ne font plus de fautes en dictée

Nos cerveaux doués pour le recyclage

On savait l’homme doué pour se fondre dans son milieu et les théories de l’évolution déclinent à l’envie cette capacité d’adaptation… Même constat semble-t-il avec une zone de notre cerveau capable de reconnaître les objets et les visages et qui par extension, il y a un peu moins de 5 500 ans, s’est entêtée à nous lancer dans l’aventure de l’écriture et de la lecture. Mais attention, lire n’est pas décrypter le sens, c’est d’abord repérer des objets faits de lettres mémorisés par notre cerveau. D’où sa capacité à repérer des erreurs quand ceux-ci nous apparaissent modifiés, donc avec des fautes d’orthographes. Jusqu’à présent les scientifiques n’avaient validé cette propriété qu’avec des primates. Une récente publication de chercheurs néo-zélandais montre comment les pigeons s’avèrent également d’excellents élèves et qu’ils peuvent participer avec d’autres animaux à l’enrichissement des travaux de recherches sur les origines du langage et l’apprentissage des mots chez les humains. De là à considérer, raisonnablement ?, qu’ils pourraient participer à la dictée de Pivot…

Lire le détail de l’expérience

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *