Periscope, le péril jeune ?

Demain, c’est sûr, je vais leur en parler

périscope

Je voulais le faire avant, j’avais d’ailleurs écrit une chronique sur le sujet (Periscope, l’appli cachée au fond de la trousse). Finalement, je n’avais discuté de cette application qu’avec une poignée d’élèves. Mais comme souvent, l’actualité nous rattrape brutalement : aujourd’hui, une jeune femme de 19 ans s’est suicidée en direct sur Periscope. À l’heure où j’écris, un extrait vidéo de son live est disponible sur Youtube… Appli chouchou des jeunes, Periscope gagne du terrain et devient un vecteur d’information plébiscité par de nombreux adultes (voir les live de Rémi Buisine sur Nuit Debout). L’enseignement n’est pas en reste et des sites proposent déjà des pistes d’exploitation entre profs ou avec les élèves :

Alors, comment parler de Periscope à des élèves de collège après ce fait divers tragique qui fait la une des journaux ? D’abord, expliquer ce qu’est Périscope : cette vidéo de France info le fait de façon très claire.

Ensuite, discuter avec les élèves de la place prise par leur smartphone dans leur vie quotidienne et des usages qu’ils en font. Quelles limites se fixent-ils dans l’utilisation de leur smartphone ? Quels usages font-ils de Periscope ? Un live de Periscope est à la fois le miroir du spleen, de la bêtise, de l’ennui et l’enthousiasme d’une génération qui n’est pas bien différente des ados que nous avons été. Ce qui change la donne, c’est que les ados connectés sont en quête perpétuelle d’instantanéité, de défis et de reconnaissance sociale et qu’il est devenu presque naturel de partager ses tranches de vie en public. Avec un angle humoristique, un extrait de cette vidéo d’un Youtubeur sur « Que font les gens sur Periscope ? » peut servir d’accroche ou d’illustration. Cette autre vidéo « Lucie et le Periscope » pointe les dangers de l’application de façon trash : déconseillée aux – de 16 ans, elle n’est pas exploitable en classe mais il est fort possible qu’elle devienne virale.  Remake grinçant et dérangeant de « C’est arrivé près de chez vous », la vidéo pointe le nombrilisme, l’exhibitionnisme et le danger de la géolocalisation.

Je leur poserai ensuite ces quatre questions : elles permettent de faire le tour de la question pour comprendre la nécessité de cadrer l’usage de Periscope.

  • Pourquoi les jeunes dérapent sur Periscope ? (voir article de LCI avec l’exemple de Bordeaux où deux jeunes agressent sans raison un passant)
  • Un prof peut-il porter plainte s’il est filmé sur Periscope ? (voir cet article de la Tribune de Genève)
  • Ta vie privée est-elle publique ?
  • Quels usages intelligents peut-on faire de Periscope ?

Periscope, le péril jeune ?

On serait tenté de répondre oui au regard des dernières nouvelles qui remontent. Ceux qui craignaient le pire avaient toutes les raisons de s’inquiéter : sans modération en direct et sans réfléchir à ce que l’on fait avec cet outil, les risques de dérapages sont bien réels. Apprendre à connaître le live-streaming et informer les élèves sur la conduite à tenir avec Periscope paraît essentiel car nombre de parents ne savent pas ce que leurs enfants téléchargent comme applications et peinent à brider l’utilisation abusive des smartphones par leur progéniture. La gestion de l’identité numérique des enfants, de l’ordinateur au smartphone, fait bel et bien partie de nos prérogatives.

Une chronique d’Emmanuel Grange

Commentaires

commentaires

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *