Souriez, vous êtes otage

Le Selfie comme prétexte pédagogique

selfie et terrorisme

Pour le premier avril nous pensions vous proposer ce Selfie d’un otage avec son bourreau (au jeu du qui prend qui, le terroriste l’otage, l’otage le Selfie) qui raconte en fait une improbable histoire vraie (à lire dans Libé) ! L’occasion de revenir aux origines du syndrome de Stockholm (à déguster en version québécoise, Tabernacle !) illustré ici par le fait qu’à l’évidence l’otage semble bien plus détendu que le terroriste…

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *