Ciao Umberto

Saint patron des bibliothécaires

grimoires

Un homme qui disparaît, c’est une bibliothèque qui brûle… Umberto Eco n’aurait pas renié ce vieux dicton africain. Le romancier n’interrogeait-il pas dans Le nom de la Rose, polar médiéval, le rôle de la bibliothèque, « faite pour conserver, distribuer ou cacher les livres ? ». Mais Eco était aussi essayiste, philosophe, sémioticien, traducteur (il parlait dit-on quatorze langues), synthèse de la culture humaniste italienne et européenne, comme le rappellent ces activités artistiques développées autour du best-seller par l’un de vos collègues pour ses élèves de cinquième.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *