Langues vivantes : la « stratégie » reste la même (N. Vallaud-Belkacem)

« Nous mettons fin aux classes bilangues ‘de contournement’, qui sont des dispositifs dérogatoires, et nous développons les classes bilangues ‘de continuité’ « , pour que les élèves qui étudient une autre langue que l’anglais à l’école primaire continuent de le faire en 6ème, explique Najat Vallaud-Belkacem. La ministre de l’Education nationale qui présentait, ce 22 janvier, sa « stratégie langues vivantes« , insiste sur la continuité de son action, qui correspond à ce qu’elle avait annoncé l’an dernier. Elle ajoute que le nombre d’écoles élémentaires qui proposeront une autre langue que l’anglais pour l’enseignement d’une première langue vivante dès le CP, passera de 4 300 à « plus de 5 500« , et sur ces 1 200 écoles supplémentaires, 1 000 proposeront l’allemand.

logo_touteduc_190x90

Cet article vous est proposé gracieusement par notre Partenaire ToutEduc, vous pouvez vous abonner pour bénéficier d’une actualité professionnelle quotidienne !

Portrait_Najat_Vallaud

La ministre précise que, dans les collèges où existe une classe bilangue et qui ont vocation à accueillir les élèves d’une école élémentaire où sera implanté un enseignement de LV1 autre que l’allemand, ces classes seront maintenues sans attendre que les élèves de l’école arrivent au collège, « de façon à ne pas déstabiliser les équipes« . « Des bilangues ‘de contournement’ sont transformées en ‘continuité’ et 647 collèges REP proposeront un dispositif bilangue « . C’est la principale nouveauté de la conférence de presse avec l’annonce d’un « plan exceptionnel de formation continue » pour les enseignants du 1er degré, sur le modèle de celui qui est en cours pour les professeurs de collège, avec « une attention particulière pour les langues« .

La ministre annonce également une transformation progressive des ELCO (enseignement des langues et cultures d’origine) qui sont actuellement assurés à l’école élémentaire par des enseignants recrutés par les pays partenaires (l’Algérie, la Croatie, l’Espagne, l’Italie, le Maroc, le Portugal, la Serbie, la Tunisie et la Turquie). Ils seront transformés en « sections internationales » du 1er degré, les enseignants seront intégrés à l’équipe pédagogique de l’école, inspectés, et, au fur et à mesure qu’aboutiront les négociations avec les pays concernés, ils seront « co-recrutés » par l’Education nationale et le pays. Les élèves recevront une certification qui leur permettra de suivre cet enseignement en 6ème.

Les trois quarts des collèges (« plus de 5 200 ») proposeront 3 langues vivantes à la rentrée 2016. Le nombre des collèges proposant l’allemand en LV2 passe de 4 000 à 4 700. Les enseignants de collège pourront enseigner à l’école primaire, mais leur statut interdit que cela leur soit imposé, ce sera donc uniquement sur la base du volontariat.

Comme il l’avait fait pour l’anglais avec « English for schools » en partenariat avec le British Council, le CNED proposera un site « Deutsch for Schulen » avec le Goethe Institut, et s’adressera à la fois aux élèves, aux enseignants et aux parents. D’autres langues devraient suivre.

Par ailleurs, la ministre annonce que d’ici 2017, tous les lycées et collèges (au lieu de 60 % actuellement) devront avoir noué un partenariat avec un établissement étranger, et 50 % des écoles primaires « seront investies dans le cadre d’un projet européen ou international« , comme e-twinning ou les écoles associées de l’Unesco.

Le dossier sur le site du ministère ici

Abonnez-vous à ToutEduc

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *