Attentats : le cours d’après

10 mois après Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, des attentats nous atteignent une nouvelle fois en plein cœur. Comme le 7 janvier, j’ai passé une bonne partie de la journée à penser ce que je ferai avec mes élèves lundi. Avec mes quatrièmes, on étudiait l’exercice des libertés en France à travers le graffiti et l’acceptation des différences. Du côté des troisièmes, on questionnait l’idéal républicain en se demandant si les valeurs de la république sont respectées partout et par tous. Toute la semaine, on a parlé de ce qu’était la France, de cet idéal républicain qui nous rassemble malgré les heurts et les ratés. Les élèves ont pris la parole, des initiatives pour certains. Avec leurs défauts de langage ou des arguments aiguisés, ces ados s’exprimaient. Il faut savoir les écouter, les recadrer, leur en demander plus : apprendre à libérer la parole en classe dans un cadre, qu’on appelle atelier philo, débat argumenté ou discussion à visées philosophique et démocratique, prend toute sa valeur quand nous sommes confrontés à tels actes de barbarie.

le-cours-d-apres

Mettre des mots, donner des explications sur ce qui vient de se passer, ce sera le sens de la séance de lundi avec mes classes. Ces attentats endeuillent la France/le monde en s’attaquant à des civils innocents et aux valeurs universelles d’humanisme et de paix. Pour ce cours d’après, j’aurai comme support l’article que j’ai construit au lendemain des attentats : « Par qui notre liberté est-elle menacée ? ». C’est par cette question que je commencerai mon cours : elle est simple et fera émerger des mots qui sont loin de l’être : djihadistes, salafistes, Daech ou État islamique. Avec une sélection de documents (vidéos, cartes, dessin), nous répondrons à ces questions : pourquoi la France est-elle la cible de Daech ? Pour vaincre ces terroristes, suffit-il de bombarder les territoires contrôlés par Daech ? Il faut confronter les élèves à la complexité du monde et à ses imbrications sans les perdre, leur montrer que l’ignorance conduit à des amalgames qu’il nous faut impérativement combattre. Des fanatiques fauchent des vies aveuglément, en classe nous réfléchirons à ce que nous pouvons faire à notre niveau. Exprimer sa compassion envers les victimes, dialoguer sans heurts, refuser les amalgames, c’est déjà beaucoup…

 

Commentaires

commentaires

Mots-clés

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *