Du charbon pour mettre de la couleur

 

Du charbon pour mettre un peu de couleur dans l’histoire de la Vie

« En France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées » ! Eh bien moi, je n’avais pas d’idée, alors j’ai cherché du pétrole. En fait, pour être plus précis, j’investissais toute mon énergie à trouver des ressources afin de construire une activité pour mes élèves autour du pétrole ou du charbon.

Bon finalement, j’ai trouvé du pétrole… sur le site Planète Énergies. Mais, après réflexion, (et une balade sur le site) je me suis dit que le charbon, c’était finalement plus local et que j’avais plein d’échantillons au laboratoire.

L’histoire de la vie, la reconstitution d’un paléoenvironnement sont des thèmes qui plaisent bien aux élèves, surtout si l’on décide de reconstituer le cadre du crétacé : les dinosaures c’est vendeur, les ammonites ça marche pas mal aussi. Mais pour sortir un peu de ce train-train, faire découvrir une autre facette de l’histoire de la vie moins connue et surtout pour ouvrir des pistes plus liées aux enjeux contemporains, pourquoi ne pas parler du charbon à vos élèves ? À plus forte raison quand on se trouve dans un ancien bassin minier (qu’on soit du Nord, de Lorraine, de Montceau-les-Mines, Saint-Étienne, Autun, et j’en oublie volontairement, la liste est trop longue).

Pour un enseignant de SVT comme moi, le charbon, c’est toujours très émouvant (j’en ai la larme à l’œil rien qu’à l’évoquer), c’est la lumière, le soleil, c’est la Vie. Bien sûr, au premier abord, il ne paraît pas très vivant, mais pourtant, ils est le témoin d’une vie passée : une vie abondante, luxuriante, foisonnante (il appartient bien aux énergies « fossiles »).

« Quoi ça a été vivant ça, M’sieur ?! C’est juste un caillou » (comprenez « roche » dans la bouche d’un élève), peut-on entendre lorsque l’on sort son échantillon de charbon.

« — Bien sûr que ça l’a été, il y a 300 millions d’années. Les dinosaures étaient encore loin d’être apparus. Nous allons même pouvoir reconstituer l’environnement dans lequel cette vie se développait » (paléoenvironnement, mais chut ! C’est un gros mot pour des élèves de 5°).

On peut alors commencer le travail :

  • Avec une observation d’un échantillon de houille présentant des empreintes de végétaux (des frondes de fougères, ou si vous en avez, des empreintes de troncs). C’est toujours intéressant de leur demander ce que cela peut être… Mais bon à la fin on en arrive quand même à l’idée de végétal voir de fougère.
  • Quand on reconstitue la flore, on a donc des fougères arborescentes, qui craignent le sec, des troncs de calamites, qui vivent dans des zones marécageuses, bref des plantes qui aiment l’humidité. Pour la faune, les libellules géantes que sont les méganeuras (le prédateur aérien de l’époque) ou les amphibiens comme l’actinodon (un prédateur aquatique) confirment les observations : c’était une zone marécageuse. Un peu comme sur cette reconstitution :

© Walter Myers Arcadia Street

  • On peut alors montrer une petite vidéo pour expliquer comment on passe de la forêt au charbon :

 

 

de la forêt au charbon

On pourra alors préciser que le climat était tropical et que donc la zone devait être située à l’équateur… « Comment ? La France à l’équateur ! » Le lien se fait tout seul avec la partie sur la tectonique des plaques.

  • On peut aussi poursuivre le travail dans une perspective plus axée sur le développement durable car cette séquence permet d’aborder l’utilisation des combustibles fossiles. Une courte interview de Michel Jarraud, secrétaire général de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), pour expliquer que le réchauffement climatique est bien d’origine humaine.

Et pour appuyer cela, une petite animation simple pour expliquer l’effet de serre vaut mieux qu’un long discours :

effet de serre

 

J’espère vous avoir convaincus que voir la vie en noir, c’est parfois intéressant en classe, si c’est avec du charbon.

Damien THOMAS (qui broie parfois du noir, mais seulement quand on a plus de charbon en poudre).

Commentaires

commentaires

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *