Enseigner sous le signe des intelligences multiples

La lecture : c’est savoir dire un symbole graphique.

Pas certaine que ça donne trop envie…

Voyons une autre définition/perception qui change tout, disons même qui change… UN tout… (MON tout en tous cas !) :

La lecture : c’est… sentir, interpréter, REproduire, raison ner, réSONNER, faire ViVre des sons puis des mOts, les mettre/maître en scène et les écouter frémir, GERMER dans l’esprit, prendre forme pour soi-ême et mieux encore pour les offrir à celui qui est prêt, tout à côté, à les recevoir à travers un joli jeu complice de bouche à oreille.

lecture

 

D’un côté, depuis toujours, il s’agit pour un individu de transcrire machinalement un symbole graphique en un son particulier par la retenue automatique d’un signe écrit VU et d’un son ENTENDU/EMIS lui étant associé.

De l’autre, il s’agit d’utiliser toutes les intelligences privilégiées d’un individu pour le conduire naturellement à mettre en œuvre, par « sa machinerie interne », le processus de traduction systématique et logique de signes graphiques en sons dans l’idée de comprendre et de se faire comprendre de l’autre dans un contexte « plaisir » rapide et efficace d’apprentissage.

On peut ainsi choisir d’apprendre à un enfant à lire par 8 approches différentes …  si cela vous tente !

ROBIN, curieux des nouvelles affiches placées en classe et attentif aux consignes, accroche dès le début d’année au « je vois, j’entends »… sa perception visuelle et auditive sont chez lui particulièrement développées et sensibles. Il sait à la fois retenir ce qu’il voit et ce qu’il entend sans mal à court et à long terme. La lecture pour lui sera donc une aventure facile car en « conformité de fonctionnement » avec  la plupart des manuels scolaires. Il lui suffit de compléter son petit bagage phonographique pour devenir rapidement un bon « déchiffreur ».

LUCIE, très à l’aise avec son corps, utilise davantage son intelligence kinesthésique. A l’observer, elle a toujours en main sa gomme, sa trousse, elle remue sur sa chaise ne semblant jamais trouver calme et repos absolu.

Elle trouve et crée ses repères de lecture quant à elle à travers :

  • le toucher des lettres dans l’espace (Maria Montessori) ou de lettres en 3 D en plastique ou en mousse trouvées chez papy/mamie,
  • les gestes de Borel Maisonny associés à chaque son entendu (créant ainsi une sorte de « carte mentale » réinvestie au cours d’une association de sons),
  • la décomposition concrète des syllabes d’un mot : en utilisant des « bouchons de bouteilles de lait » dans lesquels elle déplace son doigt ou place les images/sons qui composent la syllabe d’un mot (méthode Mauclai).

PAUL, qui fredonne toujours en classe, utilise son intelligence musicale, se régale à faire «chanter » les « instrulettres » en mousse que je lui présente tels des instruments de musique. L’intrulettre B rebondit tandis que le H se fait à peine entendre comme un souffle sur une vitre. D’un naturel déconcertant, toutes ces lettres instruments se mettent à chanter dans sa tête en syllabes pour créer l’harmonie mot tant espérée (méthode Mauclai).

Quant à ARTHUR, toujours premier à courir en cour de récré, il adore la nature. Il trouve plus facilement dans sa cour des objets qui chantent le son [a] ; l’arbre et le bâton trouvé juste en dessous, donnent plus de sens à ce son étudié qu’un dessin plat sur feuille tristement fade à colorier. Sûr qu’il gardera en mémoire visuelle l’image de ce grand arbre majestueux à l’odeur inexplicable qui lui aura donné tant d’émotion lors de sa première sortie pour une : « chasse au son ».

FRANCOISE, miss calcul, préfère utiliser un tableau à deux entrées pour associer deux sons. Le croisement du [l] et du [o] dans la case centrale, construit en un clin d’œil le « LO »… gico/mathématique… Elle, adore confronter son esprit aux problèmes et se sent toujours très à l’aise avec les chiffres et les problèmes.

Quant à ERIC, il ne faut pas le déranger lorsqu’il s’isole, seul, au coin lecture. Il explore à travers cet album choisi ce monde secret des lettres et des mots, observe, s’imbibe de lecture… chut… c’est très intrapersonnel… Laissons-le intégrer et s’imprégner de ses découvertes. Le temps des questions viendra.

Rien à voir avec CAMILLE, la grande bavarde de la classe, qui ne pourrait faire une journée sans parler ! Dans son groupe, elle prend plaisir à lancer le dé pour faire avancer son pion sur la case « syllabe à lire » suivante. Elle ne peut imaginer jouer seule, sans partager cela avec ses camarades de classe tant elle est interpersonnelle !

Quant à moi, je dois être un peu de Robin, Paul, Lucie, Françoise, Eric, Arthur et Camille.

Alors, j’expérimente, j’ajuste, je recherche, je partage, j’observe, je recommence, je réajuste et j’essaie de leur transmettre le plaisir de lire à travers leur fonctionnement personnel, … pas simple non mais plein de surprises et de réussites visibles là où beaucoup s’usent ou s’entêtent à essayer de rentrer par la mauvaise porte…

Un nouveau jeu de casse-tête plutôt sympathique et tendance… vous connaissez ?

Claire Maurage

Commentaires

commentaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *