Des intelligences multiples

tout-le-monde-est-un-genie

Et voilà. La dernière copie vient d’être corrigée. Il est tard, trop tard pour chercher les raisons bonne sou mauvaises. Alors parfois, on part se coucher avec ce sentiment amer d’avoir perdu son temps. Pire : avoir fait perdre le temps de nos chers élèves ! Et puis le lendemain, avant de rendre les fatales pitances, on relit les appréciations et on se dit que c’est peut-être de notre faute. Oui et non. Il faut juste ne pas oublier que huit fois sur dix nous évaluons le même type d’intelligence. « Il existerait donc plusieurs intelligences ?» me direz-vous… Pour être précis, il faut parler d’intelligences multiples.

Cette notion d’ « Intelligences multiples » a été proposée par un professeur de l’Université de Harvard, Howard GARDNER, en 1983 dans son livre Frames of Minds : the Theory of Multiple Intelligence. Pour lui, chaque individu dispose non pas d’un seul mais de plusieurs types d’intelligences, pour lesquelles il a naturellement une plus ou moins grande compétence. Depuis, sa théorie a été reprise par de nombreux chercheurs et, comme on peut le lire sur le site Eduscol, on distingue aujourd’hui huit principales formes d’intelligences :

1. L’intelligence corporelle / kinesthésique – C’est la capacité à utiliser son corps d’une manière fine et élaborée, à s’exprimer à travers le mouvement, à être habile avec les objets.

2. L’intelligence interpersonnelle  – C’est la capacité d’entrer en relation avec les autres.

3. L’intelligence intrapersonnelle  – C’est la capacité à avoir une bonne connaissance de soi-même.

4. L’intelligence logique-mathématique – C’est la capacité à raisonner, à compter et à calculer, à tenir un raisonnement logique. C’est cette forme d’intelligence qui est évaluée dans les tests dits de « Quotient intellectuel ».

5. L’intelligence musicale / rythmique – C’est la capacité à percevoir les structures rythmiques, sonores et musicales.

6. L’intelligence naturaliste – C’est la capacité à observer la nature sous toutes ses formes, la capacité à reconnaître et classifier des formes et des structures dans la nature.

7. L’intelligence verbale-linguistique – C’est la capacité à percevoir les structures linguistiques sous toutes leurs formes.

8. L’intelligence visuelle / spatiale – C’est la capacité à créer des images mentales et à percevoir le monde visible avec précision dans ses trois dimensions.

Chaque élève a donc sa propre forme d’intelligence et le plus difficile est donc de le faire travailler dans sa particularité, tout en l’aidant à développer les intelligences qu’il utilise moins. En lisant Howard GARDNER, la mission du pédagogue apparaît sous un nouveau jour. Comme il l’explique dans un entretien des Cahiers Pédagogiques de 2005, « […] toute intelligence peut être développée, si on y travaille. A l’inverse, si on arrête de regarder par exemple les chiffres, on n’a aucune chance de devenir meilleur dans ce domaine-là ! La différence, c’est que dans certains domaines, un tout petit effort vous emmènera assez loin, tandis que dans d’autres domaines, il vous faut travailler très dur pour un tout petit progrès. » Chacun est donc capable de travailler chacune de ses intelligences. Encore faut-il qu’on lui en donne le moyen…

8-intelligences_gardner

 

Pour être plus concret, prenons un exemple précis en histoire : la période 1799-1804, celle allant du Consulat à l’Empire. Comment traiter cette période en faisant appel à chacune des intelligences ? L’objectif serait de faire comprendre que, durant cette période, Napoléon Bonaparte instaure une république autoritaire en écartant toute opposition. Devenu Premier Consul, il construit son image sur le retour de la paix extérieure et intérieure et sur la stabilisation de l’État et de la société. Lorsqu’il proclame l’Empire, il ne fait que renforcer le caractère militaire et personnel du pouvoir. Voilà comment nous pourrions nous y prendre :

1. L’intelligence corporelle / kinesthésique – Partant d’une étude de la cérémonie du sacre (et du tableau que David en a fait), un groupe d’élèves peut travailler une reconstitution en prenant soin de rejouer les déplacements et les gestes de quelques grands personnages.

2. L’intelligence interpersonnelle  – Une fois cette reconstitution terminée, et l’étude du tableau complétée, par binôme, chacun peut expliquer ce qu’il a compris et retenu de la cérémonie à son voisin. Une fois la discussion achevée, on peut passer à une petite synthèse écrite en collaboration.

3. L’intelligence intrapersonnelle  – On propose à l’élève une évaluation originale : il peut choisir 10 questions parmi les 15 qui lui sont proposées. A lui de prendre conscience de ce qu’il maîtrise le mieux.

4. L’intelligence logique-mathématique – On va ici chercher à faire travailler le raisonnement logique. A l’aide d’une carte heuristique (qui peut être réalisée à la main ou bien grâce au logiciel gratuit Freemind et un tutoriel), on demandera à l’élève, avec l’aide du cours et du livre, d’expliquer ce qui amène Napoléon à renforcer le caractère militaire personnel du pouvoir. Un tel travail peut être une évaluation finale.

WBPqGgokHvcqmEEWDLvdsopdOEw

 

5. L’intelligence musicale / rythmique – En reprenant l’idée de la reconstitution de la cérémonie du sacre, ou bien d’une bataille de l’Empire, on peut faire travailler un groupe sur un montage vidéo ou un diaporama pour lequel ils auront à présenter une bande musicale composée d’extraits d’œuvres préalablement choisies et mises à disposition. Ce travail, essentiellement musicale, ne peut se faire sans compréhension complète de l’évènement à illustrer…

 

Generique debut du telefilm « Napoleon » par libeluldulac
–       6. L’intelligence naturaliste – Avouons-le, pour la thématique qui nous intéresse, il est difficile de mettre en œuvre la capacité à « observer la nature sous toutes ses formes », à moins d’être à Ajaccio ou bien à Austerlitz et d’en profiter pour découvrir la faune et la flore locale…

 

–       7. L’intelligence verbale-linguistique – La capacité à « percevoir les structures linguistiques sous toutes leurs formes » est certainement celle que nous mettons le plus souvent en œuvre dans nos cours et nos activités. Lire un texte, confronter un tableau et un graphique, rédiger un petit résumé : tout participe à ce type d’intelligence. A nous d’agir pour qu’elle ne soit plus la seule à être mise en jeu…

 

–       8. L’intelligence visuelle / spatiale – Une nouvelle fois, l’usage d’une carte heuristique est ici recommandée pour amener l’élève à mieux structurer ses idées en les représentant avec des liens logiques. Certains pourraient même être amenés à faire « le dessin du cours », sans se soucier des règles (pourtant peu contraignantes) de la carte heuristique.

 

intelligences-multiples

Que ces quelques exemples ne vous donnent pas une fausse idée de ce qu’Howard GARDNER a voulu nous faire comprendre. Dans le même entretien donné en 2005 aux Cahiers Pédagogiques, il insiste lui-même sur le fait que cette théorie des intelligences multiples  « n’est pas une méthode éducative, mais elle intéresse les éducateurs car quiconque a travaillé avec des enfants sait qu’ils ne sont pas tous faits sur le même modèle. Si on observe les enfants avec attention […] on voit toutes sortes de différences. Je propose un système de lecture de ces différences cognitives. Je ne parle pas des différences de personnalité ou de tempérament. »

 

Pour aller plus loin dans la mise en pratique de ce système de lecture, on trouvera de très nombreuses ressources sur internet.  On pourra s’inspirer, par exemple, d’un document assez complet, édite par l’académie de Besançon, qui cherche avant tout à nous donner envie de nous lancer. Sur le Web pédagogique, on retrouvera une introduction intéressante sur le Blog Laboratoire de Lettres. Il existe également une présentation plus complète, accompagnée de réflexions quant aux applications potentielles ; elle est de Jacques BELLEAU, un conseiller pédagogique canadien bien informé sur le sujet. Toujours en provenance du Canada, un livret d’activités pédagogiques pour les classes du Primaire. Son objectif est d’amener « l’élève à […]connaître ses talents, ses qualités, ses intérêts et ses aspirations personnelles.». C’est ce que montre aussi le dossier Enseigner en classe hétérogène des Cahiers Pédagogiques («Des stratégies de réussite, au fil des ans » par Véronique GARAS).

Pour Howard GARDNER, cette théorie des intelligences multiples « permet d’avancer, mais elle est suffisamment simple pour être comprise par tous. Les pédagogues en particulier. » Pourquoi hésiter plus longtemps ?

 

Bruno SENTIER

 

Commentaires

commentaires

24 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *